livres retranscrits ligne w

 

Dieu - Illusion ou réalité ?

par Francis Schaeffer

TITRE VI - LA VIE PERSONNELLE ET COMMUNAUTAIRE AU XXe SIÈCLE

CHAPITRE 1 - Manifester la nature de Dieu dans la pratique

Le salut ne se limite pas à l'individu

Nous avons vu la tension qu'un non-chrétien perçoit entre le monde réel et la conclusion logique de ses présuppositions. Mais comme chrétiens, si nous sommes honnêtes, nous avons, nous aussi, à faire face à une question. Est-ce que les personnes qui nous observent – soit individuellement, soit en communauté – et qui entendent nos présuppositions, nous voient fidèles à celles-ci?

L'homme devenu chrétien et ses présuppositions <-----------------------------------> La conclusion logique de nos présuppositions chrétiennes

Dans cette dernière Partie, je tenterai d'aborder cette question.

Les chrétiens ont, en effet, eux aussi, à examiner quelles sont les conclusions logiques de leurs présuppositions. Il s'agit, ici, d'apologétique, non pas abstraite, scolastique ou en tant que discipline enseignée dans une Faculté de Théologie, mais pratique, celle qui est utilisée dans les batailles de notre temps. L'apologétique chrétienne doit être capable de montrer, intellectuellement, que le christianisme traite de vérité vraie; elle a aussi à manifester visiblement qu'il ne s'agit pas d'une simple théorie. C'est indispensable à la fois pour défendre le troupeau du Christ et, dans un sens positif, pour atteindre les personnes qui se posent d'honnêtes questions.

Les comportements individuels et communautaires des chrétiens tels qu'ils sont observés de l'extérieur sont de l'apologétique. Il aurait fallu le comprendre et y réfléchir depuis longtemps; quoi qu'il en soit, il est extrêmement important, étant donné les formes de pensée de nos contemporains, de bien montrer, aujourd'hui, que le christianisme n'est pas seulement une dialectique meilleure qu'une autre.

Nous avons souvent commis l'erreur, nous les "évangéliques", d'en rester au salut individuel. Historiquement, le mot "chrétien" a eu deux significations. Il sert, d'abord, à désigner quelqu'un qui a accepté Christ comme Sauveur: ce qui est un acte tout à fait individuel. Sa seconde signification a trait à ce qui découle du salut individuel. Il est bien vrai que le salut est individuel et qu'il marque le commencement de la vie chrétienne; pourtant, selon l'enseignement sur l'Eglise et en examinant les périodes de son histoire où l'Eglise a été la plus épanouie, le salut individuel doit se manifester aussi dans des relations communautaires.

Lors de la Chute, plusieurs ruptures sont intervenues. La première et la plus fondamentale s'est produite entre l'homme en révolte et Dieu. Toutes les autres en découlent. Nous sommes séparés de Dieu par notre culpabilité, qui est une véritable culpabilité morale. Aussi avons-nous besoin d'être justifiés grâce à l'oeuvre parfaite de substitution du Seigneur Jésus-Christ. Mais il est tout à fait clair, comme les Ecritures et une observation d'ensemble le montrent, qu'il y a eu d'autres séparations. La seconde a été celle de l'homme d'avec lui-même, d'où le surgissement des problèmes psychologiques de la vie. La troisième séparation est celle de l'homme d'avec les autres hommes, d'où l'apparition des problèmes sociaux. La quatrième est celle de l'homme d'avec la nature.


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
red care w*
  Signets bo
  Crédits Photos    
tampon 5x5 gris