messages series etudes bibliques ligne w

 

Les cinq « SOLI » des Réformateurs

5. SOLI DEO GLORIA

Frank Horton

Dans le numéro précédant de PROMESSES, nous avons consacré un article à la quatrième formule des cinq soli: «Sola Fide». Les 120 pasteurs, théologiens et éducateurs réunis à Cambridge en avril 1996 réaffirmèrent la conviction des Réformateurs en déclarant que «la justification est par la grâce seule au travers de la foi seule [c'est nous qui soulignons] grâce au Christ seul», et d'ajouter que «la justification ne repose sur aucun mérite qui nous soit propre, ni sur la base d'une infusion de la justice de Christ en nous par voie sacramentelle»

Dérapage

La Déclaration de Cambridge se consacre ensuite à la cinquième et dernière formule: «Soli Deo Gloria», et constate avec inquiétude la quasi-disparition, dans nos milieux évangéliques, d'une adoration centrée sur Dieu. Voici un extrait de ce qu'elle dit:

«Partout où, dans l'Eglise, l'autorité biblique a été perdue, le Christ a été déplacé, l'Evangile a été biaisé ou la foi pervertie, cela a toujours été pour une seule raison : nos intérêts ont remplacé ceux de Dieu et nous appliquons nos méthodes à l'accomplissement de son oeuvre. Que Dieu ne soit plus au centre de la vie de l'Eglise aujourd'hui est un fait répandu et lamentable. C'est cette perte qui nous permet de transformer l'adoration en divertissement, la prédication de l'Evangile en marketing, la foi en une technique, l'éthique en appréciation agréable de nous-mêmes, et la fidélité en une quête du succès. En conséquence Dieu, le Christ et la Bible ont perdu une grande partie de leur valeur à nos yeux et ne pèsent plus beaucoup pour nous».

A ce sujet, le théologien Alfred Tozer écrivait il y a plus de quarante ans: «L'Eglise a abandonné la notion élevée de Dieu qu'elle avait autrefois, pour lui substituer un concept ignoble, indigne d'hommes capables de réflexion et d'adoration. Et elle a fait cela, non pas de propos délibéré, mais peu à peu, sans s'en rendre compte; et son inconscience rend sa situation d'autant plus tragique. Cette façon de concevoir Dieu, presque universelle parmi les chrétiens, est la source d'une centaine de moindres maux partout au milieu de nous. Une philosophie nouvelle de la vie chrétienne est la conséquence de cette faille fondamentale dans notre pensée religieuse».

J. M. Boice pose la question: «La situation s'est-elle améliorée au cours de ces dernières décennies? Il semble bien que non. Au contraire, notre obsession grandissante pour les banalités insignifiantes de la télévision, notre addiction aux divertissements égocentriques et la mondanité de notre culture n'ont fait qu'aggraver la situation. Et le plus triste dans tout cela est le fait que la plupart des chrétiens ne se rendent même pas compte de ce qui se passe».


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
red care w*
  Signets bo
  Crédits Photos    
tampon 5x5 gris