messages series etudes bibliques ligne w

 

Guillaume Farel, homme de la Bible

par John H. Alexander

La Bible dans sa jeunesse

Son père voulait faire de lui un soldat, mais le jeune Guillaume n'a qu'un désir: étudier. Il a déjà découvert les supercheries des prêtres – auxquels pourtant ses parents croient dur comme fer – et il lui tarde de quitter le toit paternel.

A 20 ans, il entre à la Sorbonne: il y remarque bien vite Lefèvre d'Etaples, un vieillard d'apparence chétive qui passe des heures dans les chapelles à prier les saints. Mais aux dires d'Erasme, le célèbre humaniste établi depuis peu à Bâle, Lefèvre d'Etaples est le premier des savants de France.

Guillaume s'efforce en vain de vivre en chrétien tout en étudiant Aristote. Sur le conseil de Lefèvre, il se met à lire l'Ancien et le Nouveau Testaments. Peu à peu, la Parole de Dieu travaille sa conscience et il trouve en elle réponse aux besoins de son coeur. Un docteur de la Sorbonne le blâme publiquement d'avoir délaissé la philosophie pour la Bible. Guillaume accepte le reproche et abandonne momentanément la Parole divine. Mais il en devient si malheureux qu'il reprend sa lecture des Ecritures après avoir constaté: "J'étais le plus misérable des hommes, fermant les yeux de peur de n'y voir trop clair."

De son côté, Lefèvre d'Etaples, qui rédige une publication sur la vie des saints mentionnés au calendrier, est soudain saisi d'horreur et d'effroi en découvrant les mensonges et les tromperies enseignés par la tradition. Il renonce à poursuivre son oeuvre et décide alors de ne lire que la Bible et d'adorer Dieu seul. Sa prédication devient puissante. A Meaux (région parisienne) où Farel le rejoint, Lefèvre proclame avec toujours plus d'audace l'Evangile de la grâce de Jésus-Christ.

La Bible sous les coups

Alertés, les maîtres de la Sorbonne poursuivent les réformateurs. Le sang coule, les premiers bûchers sont dressés. Le noyau des prédicateurs de l'Evangile est contraint de se disperser. Déjà Lefèvre a publié sa version française des Evangiles, suivie en 1530 de la Bible complète traduite du latin. Un mandat d'arrêt est prononcé contre Guillaume Farel, "le plus brûlant des hérétiques"; mais il demeure introuvable. Ayant quitté Meaux dans la clandestinité, il a regagné Gap d'où il est originaire, puis il traverse les Cévennes, la Guyenne, pour arriver à Bâle.

Consumé par l'amour de la vérité, Farel a sollicité la permission d'avoir à l'Université de Bâle une discussion publique sur le thème "La Parole de Dieu suffit". Sa demande ayant été rejetée, il fait appel au Conseil de la Ville qui, indigné d'une telle injustice, ordonne qu'on laisse le jeune prédicateur exprimer ses thèses "qui ne peuvent que contribuer au plus grand bien des auditeurs". L'exposé rassemble un immense auditoire et aura un retentissement considérable. On va jusqu'à affirmer que Farel pourrait, à lui seul, confondre toute la Sorbonne. Mais la réaction ne se fait pas attendre et Farel doit quitter Bâle. C'est le début de son existence itinérante, mouvementée et intrépide, qui fera de lui l'apôtre de la Suisse romande.


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
red care w*
  Signets bo
  Crédits Photos    
tampon 5x5 gris