messages series etudes bibliques ligne w

 

6 - Jérémie le prophète (6/6)

Après la destruction de Jérusalem - Chapitres 40 à 52

Les dernières pages du livre de Jérémie ressemblent aux premières; tragiques lorsqu'on observe la conduite du reste du peuple; lumineuses en considérant de près la communion de Jérémie avec Dieu. Penchons-nous sur ces chapitres, divisés en deux parties: le chapitre 45 en est le pivot; le Saint-Esprit l'a placé là pour éclairer et réconforter les croyants, ceux qui traversent un temps de jugement ici-bas, lorsque Dieu détruit et arrache, parce que le jugement commence par la maison de Dieu (cf. 1 Pierre 4:17) et se poursuit dans le monde (cf. Jérémie 25:29). Après la destruction de Jérusalem en 586 av. J.-C. nous avons celle de Babylone en 536! Ainsi Dieu frappe les idolâtres et les païens après avoir sévi contre les plus responsables, ceux qui ont eu une révélation de sa part et ne s'y sont pas conformés (cf. Malachie 3:18 et 4:1-2).

Nous pouvons donc analyser ces chapitres comme suit:

  1. Le péché du peuple laissé en Judée: révolte contre l'autorité humaine (chap. 40 et 41).
  2. Le péché du peuple qui retourne en Egypte: révolte contre l'autorité divine (chap. 42 à 44).
  3. Le message à Baruc: promesse au croyant en un temps de jugement (chap. 45).
  4. Les prophéties contre les nations étrangères (chap. 46 à 51).
  5. Le siège et la prise de Jérusalem: 4e récit (chap. 52).

1. Le péché du peuple laissé en Judée (chap. 40 et 41)

Il est utile de rappeler ici une parole de l'Ecriture: «Puisqu'ils ont semé du vent, ils moissonneront la tempête» (Osée 8:7). La révolte de Sédécias contre Nebucadnetsar entraîne de cruelles conséquences. Le violent coule avec les autres dans le même naufrage. La Bible est un miroir implacable du cœur humain et ses pires gestes. Les horreurs du siège de Jérusalem sont suivies par un déferlement de barbarie d'un chef de bande nommé Ismaël qui réussit encore à échapper à la justice des hommes en se réfugiant chez le roi des Ammonites (cf. Jérémie 41:15).

Nous retrouvons ici Jérémie enchaîné à Rama – probablement par erreur, par excès de zèle d'un subalterne – puis remis en liberté par le chef des gardes qui lui donne la possibilité de choisir entre un séjour honorable à Babylone ou un séjour incertain, dans la pauvreté, la faim et l'angoisse en Juda. Jérémie décide de rester auprès de Guedalia nommé gouverneur par l'occupant. Ce choix a été mûrement réfléchi car il aurait pu rejoindre Ezéchiel son ami, prophète auprès des exilés, mais il poursuit sa mission sur le terrain, car il y a un immense travail de reconstruction spirituelle à commencer. S'il était parti, les habitants du pays auraient ressenti son départ comme un acte d'abandon. Guedalia, de race royale, dont le poste était difficile, est le type de l'homme bienveillant, sans soupçons, et par là même inattentif aux avertissements qui lui sauveraient la vie. Mais les mains destructrices d'Ismaël le suppriment, et d'un seul coup l'essai de redressement de Juda est anéanti. Jochanan, chef de bande à l'âme guerrière, pourchasse l'assassin sans succès (cf. Jérémie 41:11-18). Nous assistons alors à une déstabilisation, des retournements, des trahisons, des règlements de compte propres à un pays en état d'anarchie. Finalement, Jochanan prend la tête d'un groupe paniqué, figé par la peur, prêt à se sauver en Egypte.


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
red care w*
  Signets bo
  Crédits Photos    
tampon 5x5 gris