messages series etudes bibliques ligne w

 

3 - Jérémie le prophète (3/6)

L'époque de Jojakim, le rebelle - chapitres 13 à 20

Comme d'autres prophètes, Jérémie n'a pas écrit dans l'ordre chronologique; il faut donc rajouter les chapitres 25, 26, 35 et 36 pour avoir une idée complète du règne de Jojakim. D'autre part, les chapitres 21 et 22 comprennent un message adressé aux quatre derniers rois, dont Jojakim. Nous y puiserons des informations complémentaires.

La mort du roi Josias fut une catastrophe nationale. Grièvement blessé sur le champ de bataille de Meguiddo, il fut ramené à Jérusalem où il mourut. Tout Juda et Jérusalem le pleurèrent (cf. 2 Chroniques 35:24), et le deuil décrété laissa des traces profondes dans le peuple puisque, 120 ans plus tard, Zacharie en parle encore dans une prophétie (cf. Zacharie 12:11). On imagine facilement les sentiments qui animèrent Jérémie lorsqu'il apprit la nouvelle tragique. Il composa une complainte (cf. 2 Chroniques 35:25) et comprit à ce moment-là la réponse de Dieu à ses interrogations. Il se prépara alors à «lutter avec les chevaux» (cf. Jérémie 12:5) !

Josias avait eu quatre fils (cf. 1 Chroniques 3:15). Le premier-né Jochanan est probablement mort jeune car l'Ecriture n'en parle pas. Le trône devait revenir à Jojakim – deuxième fils – mais contre toute logique, ce fut le dernier fils, Joachaz – appelé parfois Schallum – qui monta sur le trône, poussé par le peuple (cf. 2 Chroniques 36:1). Une intrigue d'ordre politique en est peut-être la raison: Jojakim avait des sympathies égyptiennes alors que celles de Joachaz se portaient du côté de l'Assyrie. A l'époque, ces deux nations se partageaient des zones d'influences qui débordaient tour à tour sur la Palestine. Mécontent de ce choix, le roi d'Egypte vint à Jérusalem pour destituer Joachaz et le remplacer par Jojakim qui devint son vassal (cf. 2 Chroniques 36:4). Les trois mois de règne de Joachaz ne laissèrent aucune empreinte, sinon celle du mal; il mourut en Egypte.

Jojakim gouverna 11 ans (608 à 597 av. J.-C.); il ne ressemblait pas à son père Josias. Tyrannique, violent, opportuniste, adonné à l'idolâtrie et au luxe, il se construisit un palais somptueux sans rétribuer la main-d'œuvre (cf. Jérémie 22:13-17). Mais comme un écrivain l'a dit: Les palais n'assurent pas la stabilité d'un règne, car malgré toute cette pompe, et à cause de sa rébellion contre Nebucadnetsar, Jojakim fut lié plus tard avec des chaînes d'airain pour être conduit à Babylone où il mourut misérablement (cf. 2 Chroniques 36:6). Personne n'a jamais connu sa sépulture et le jour de sa mort on ne tint pas plus compte de lui que d'un âne (cf. Jérémie 22:19). Contrairement à son père, aucune lamentation ne fut composée pour lui.


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
red care w*
  Signets bo
  Crédits Photos    
tampon bo 400