livres retranscrits ligne w

 

Dieu - Illusion ou réalité ?

par Francis Schaeffer

TITRE IV - LE CHRISTIANISME HISTORIQUE AU XXe SIECLE

CHAPITRE 3 - L'application pratique de l'Evangile

Comment osons-nous le faire?

Comment osons-nous nous comporter ainsi? Pour une seule raison: le christianisme est la vérité. Si nous n'en étions pas totalement persuadés, ce type d'évangélisation serait cruel. Mais s'il est bien vrai que nos interlocuteurs sont séparés de Dieu et perdus dès maintenant et pour l'éternité, il faut avoir le courage de parler même si certains d'entre eux rejettent le christianisme et se trouvent finalement, après nous avoir écoutés, dans un état pire qu'auparavant. L'antithèse existe bel et bien : si la vérité existe, l'erreur existe aussi. S'il existe un authentique salut chrétien (autre que le concept du salut de la théologie nouvelle), la perdition existe aussi.

Lorsque j'ai commencé à discuter de cette manière, ma femme m'a dit: "N'as-tu pas peur que l'un de tes interlocuteurs ne finisse par se suicider?" Une jeune fille a tenté de le faire, mais elle n'est heureusement pas morte et, plus tard, elle a confessé sa foi. Pourtant, si elle avait réussi, j'aurais marché dans les montagnes en pleurant devant Dieu, mais j'aurais conservé la même méthode avec la personne suivante.

Pour procéder de la sorte, il faut avoir personnellement reconnu que le système judéo-chrétien est vrai dans le sens que nous avons donné au mot "vérité". Seulement alors, nous pouvons avoir le courage, par amour pour eux, d'"ôter le toit" qui recouvre la vie des autres et de les placer dans une situation où tout leur système de défense est anéanti. Et tout en dialoguant avec ces personnes, nous devons continuer à répondre honnêtement aux questions: "Dieu existe-t-il?", "Le contenu du système judéo-chrétien est-il la vérité?".

Plus nous nous montrerons compréhensifs "en ôtant le toit", plus la personne concernée se sentira malheureuse si elle rejette le christianisme. Cela est impossible à éviter dans le monde perdu où nous sommes appelés à vivre. Il fait nuit noire au dehors pour elle... pourtant, si je puis lui parler, c'est parce que j'ai quelque idée de l'épaisseur de ces ténèbres. Nos interlocuteurs de cette fin du XXe siècle doivent savoir, en effet, que nous avons honnêtement apprécié l'obscurité du sentier sur lequel ils marchent.

Un jour, à l'Université de Cambridge, un étudiant m'a dit en présence d'un groupe de personnes réunies dans sa chambre: "Je vous ai entendu l'année dernière; depuis, j'ai mis au point un exposé que j'aimerais vous lire. J'ose le faire parce que je crois que vous comprenez. Je suis saisi par l'horreur de l'obscurité profonde". Pas question de faire preuve de romantisme lorsqu'on incite quelqu'un à être honnête et, à partir de son système, à s'éloigner de plus en plus, non seulement de Dieu, mais aussi de lui-même, c'est-à-dire à sortir de l'univers réel. Quoi de plus douloureux et de plus sinistre pour cette personne, en effet, que de devoir nier la réalité dans cette vie et dans l'au-delà afin d'être conséquente avec ses présuppositions non-chrétiennes?


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
red care w*
  Signets bo
  Crédits Photos    
tampon 5x5 gris