livres retranscrits ligne w

 

Donner selon Dieu - chapitre 3

"UN HOMME TROMPERA-T-IL DIEU ?"

La question principale au sujet de l'argent, dans l'Ecriture, n'est pas de savoir quels sont vos sentiments à son égard, ni même comment vous le dépensez – mais de savoir comment vous le "donnez". Tout ce que j'ai dit jusqu'à présent n'est qu'une introduction pour en venir à ce sujet crucial : donner l'argent que Dieu vous a confié.

C'est un sujet difficile. Je suis parfois embarrassé quand je pense à ma responsabilité (et à mon irresponsabilité) dans ce domaine. Mais l'argent joue un rôle si important dans les Ecritures que nous ne pouvons nous permettre de ne pas en parler.

L'Apôtre Paul a fait l'éloge des chrétiens de Macédoine, pas seulement à cause de leur générosité, mais aussi parce qu'ils "se sont d'abord donnés eux-mêmes au Seigneur" (II Corinthiens 8:5). C'est là où tout commence. Donnez-vous d'abord au Seigneur, sinon tout le reste est dénué de sens.

Naturellement, le Seigneur veut que vous donniez à vos frères et à vos soeurs dans le besoin. Il veut aussi que vous donniez pour l'oeuvre de Jésus-Christ et que vous investissiez votre argent pour Dieu. Mais pour Dieu l'offrande n'est pas un moyen de se procurer de l'argent. Donner est le moyen que Dieu emploie pour faire grandir ses enfants. Chaque fois que vous donnez en faisant un sacrifice, vous abandonnez un peu de votre égoïsme. Et lorsque vous donnez, d'autres personnes sont bénies et Dieu est glorifié (Voyez II Corinthiens 9 à ce sujet).

Dans ce chapitre, nous examinerons la question du don dans l'Ancien Testament; dans le chapitre suivant nous examinerons la même question dans le Nouveau Testament.

Mais avant d'ouvrir l'Ancien Testament, j'aimerais vous dire que le principe fondamental de "donner" demeure le même pour toutes les périodes de l'histoire. Dieu y a apporté quelques changements superficiels, mais, en profondeur, ses recommandations sont les mêmes aujourd'hui que celles du temps de Moïse et de la période qui a précédé. Il n'y a aucune différence.

Quand nous examinons la question des offrandes à l'époque de l'Ancien Testament, nous sommes continuellement confrontés au principe de la dîme, du 10%. Devons-nous donner la dîme de nos jours? Ceux qui le croient raisonnent ainsi:

Abraham et Jacob ont donné la dîme avant que la loi mosaïque ne soit instituée. En d'autres termes, la dîme existait avant la loi. Et puisque la dîme existait avant la loi, elle doit aussi exister après; c'est un principe universel. La dîme a existé avant la loi, pendant la loi et elle devrait continuer après la loi. C'est une obligation permanente.

Prétendre que ce qui était en vigueur avant la loi est encore de règle après la loi pose un problème. Le sabbat existait avant la loi. Devrions-nous cesser nos réunions le dimanche? Les sacrifices ont débuté dans le Jardin d'Eden. Devrions-nous donc encore offrir des agneaux? Je ne le crois pas (et Galates, Hébreux et d'autres passages de l'Ecriture abondent dans ce sens).


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
red care w*
  Signets bo
  Crédits Photos    
tampon bo 400