livres retranscrits ligne w

 

Jésus était juif

Dr Arnold G. Fruchtenbaum

Qu'est-ce que la judaïcité?

Un thème récurrent dans les cercles juifs actuels est la définition de ce que signifie être juif. Cette question a surgi à cause des conflits politiques et religieux qui secouent Israël. Mais ni les autorités rabbiniques, ni le pouvoir politique n'ont été en mesure, à ce jour, de parvenir à une définition à laquelle tous pourraient souscrire.

Définitions contradictoires

Les définitions de la judaïcité vont de celles qui sont strictement religieuses à celles qui sont fortement teintées de nationalisme. Un abîme sépare celui qui se définit comme un Juif américain de celui qui se définit comme un Américain juif.

Certains Juifs réclament une définition purement religieuse. Mais ceux-là font preuve d'illogisme dans la mesure où ils estiment qu'un Juif athée est tout de même un Juif. C'est tout de même étrange que les Juifs qui sont fiers de se compter parmi les antireligieux en Israël soient considérés malgré eux comme des Juifs par ceux qui réclament une définition strictement religieuse de la judaïcité. Or ces mêmes personnes sont prêtes à exclure les Juifs chrétiens, alors qu'il existe plus d'affinité entre le Juif chrétien et le Juif orthodoxe qu'entre ce dernier et le Juif athée. Pour cette raison et pour bien d'autres encore, la définition purement religieuse de la judaïcité ne dit pas d'une façon pleinement satisfaisante ce qu'est un Juif. On peut dire que le judaïsme est la religion de beaucoup de Juifs, mais on ne peut plus affirmer qu'elle soit la religion de la plupart d'entre eux. En effet, il serait faux de définir la judaïcité de quelqu'un par son appartenance au judaïsme puisque la plupart des Juifs ne pratiquent plus le judaïsme. D'ailleurs, si la pratique du judaïsme constituait la marque distinctive du Juif, de nombreux chrétiens hébreux pourraient prétendre à être considérés comme Juifs; ils observent les règles du judaïsme plus fidèlement que beaucoup de Juifs.

Le sionisme classique définit les Juifs comme appartenant à la nation et au peuple juif. Comme de nombreux leaders sionistes étaient des athées, la religion, notamment le judaïsme, a joué un rôle mineur dans le mouvement sioniste. Leur conception de l'histoire les a conduits à conclure que les Juifs constituaient une entité nationale et que la solution à leurs difficultés consistait à redonner aux Juifs un foyer national. C'est ainsi que s'est développé le mouvement qui a abouti en 1948 à la fondation de l'Etat d'Israël.

Mais les Sionistes devinrent illogiques quand ils affirmèrent que le Juif qui croyait en Jésus cessait d'être juif. Mais ils n'ont jamais expliqué comment il se faisait qu'un Juif qui croyait en Jésus pouvait perdre sa nationalité. Après tout, les Allemands, les Français et les Italiens qui acceptent Jésus restent des Allemands, des Français et des Italiens. Il devrait en être de même pour les Juifs. Hélas, la logique n'a jamais été le point fort de ceux qui se sont efforcés de définir la judaïcité.


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
red care w*
  Signets bo
  Crédits Photos    
tampon 5x5 gris