livres retranscrits ligne w

 

Le prophète Daniel
Un message pour notre temps

9. Le sommet de la prophétie

L'épine dorsale de la prophétie... le panorama de l'Histoire... la plus grande prophétie de tous les temps... le plus grand chapitre de la Bible... le sommet de la prophétie... telles sont les expressions choisies par les commentateurs bibliques pour montrer l'importance de Daniel 9.

Si Dieu a réservé une révélation spéciale à son serviteur Daniel, c'est parce que cet homme exercé par l'action de l'Esprit de Dieu, "poussé par l'Esprit", était capable de "parler de la part de Dieu" pour nous transmettre un message d'envergure exceptionnelle. C'est ce que dit l'apôtre:

"Aucune prophétie de l'Ecriture ne peut être un objet d'interprétation particulière, car ce n'est pas par une volonté d'homme qu'une prophétie a jamais été apportée, mais c'est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu." 2 Pierre 1:20-21)

1) Daniel, un homme poussé par l'Esprit de Dieu

Le prophète approche de la fin de sa course; il est plus qu'octogénaire; soixante-huit ans se sont écoulés depuis qu'il a quitté Jérusalem, sa patrie, qu'il n'a jamais revue. Mais Daniel n'a pas perdu courage. Son esprit a été constamment nourri de la Parole divine, qui va soudain faire jaillir dans ses sombres circonstances un nouveau rayon d'espérance.

Une copie de la prophétie de Jérémie a miraculeusement franchi les quelque 1'000 kilomètres séparant Jérusalem de Babylone, pour parvenir entre les mains de Daniel. Quelle démonstration de la manière dont Dieu prend soin de sa Parole et veille à son acheminement auprès de ceux qui l'apprécient! A la lecture de ce texte, Daniel découvre que Dieu a même prévu la durée de l'exil: Soixante-dix ans. (Jérémie 24:5-10; 25:11-12; 29:10; cf. Daniel 9:2) Or, cette période est sur le point de s'achever: Daniel et ses compagnons ont été déportés à Babylone autour de l'an 605 av. J.-C., et le contexte historique de ce chapitre 9 le situe en l'an 538, la première année de Darius. (Daniel 9:1b)

Ainsi averti par les certitudes de l'Ecriture Sainte, Daniel s'est mis à prier avec une nouvelle ferveur, un nouvel élan, une nouvelle espérance. Il est vrai qu'à ce moment-là, les Mèdes et les Perses se sont emparés de la Babylonie et qu'un régime plus clément fait naître pour les Juifs l'espoir d'un retour d'exil auquel les Babyloniens se sont toujours opposés.

Que fait Daniel? Peut-être désire-t-il par-dessus tout retourner à Jérusalem. N'était-ce pas le vœu suprême de tout Israélite pieux, d'avoir le privilège d'y mourir? Mais le prophète ne revendique rien pour lui-même. Il a mieux à faire: il prie, il intercède et il confesse les fautes de son peuple. Daniel reconnaît toute la culpabilité de ses compatriotes, leurs transgressions et leurs infidélités dont il prend sa part. Puis il fait appel à la miséricorde souveraine du Dieu d'amour qui n'a jamais renié son alliance, lui rappelant avec insistance: "Ta justice... ta vérité... ton nom... ton peuple... ta ville... ton sanctuaire..." (Daniel 9:3-19)


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
red care w*
  Signets bo
  Crédits Photos    
tampon bo 400