messages et etudes bibliques pour grandir dans la foi w

 

L'exploit de Jonathan

1 Samuel 14.1-15

Daniel ARNOLD

Une situation catastrophique

Suite à une première attaque de Jonathan (13.3), les Philistins montent en force contre Israël. Saül qui hérite d'une situation difficile (3000 Israélites contre 30 000 chars et 6000 cavaliers philistins) laisse la situation se détériorer par un attentisme insensé. A force de s'entêter à offrir un sacrifice avant d'engager le combat, le roi des Hébreux voit ses forces le déserter (13.1-8).

Le narrateur, après avoir rapporté la condamnation divine de Saül (le roi ayant lui-même offert le sacrifice: 13.9-14), accentue encore le portrait tragique d'Israël en indiquant:

1. Que seuls six cents soldats (c.-à-d. 20% des troupes) étaient restés avec Saül (13.15);
2. Que les Philistins avaient profité du repli temporaire de Saül sur Guilgal (dans la plaine du Jourdain) pour occuper une partie importante des collines de Judée (13.16- 18),
3. Qu'Israël était dépourvu d'armes de qualité puisque les Philistins avaient non seulement le monopole de la fabrication du fer, mais avaient réussi à «confisquer» aux Hébreux l'ensemble des armes et des outils métalliques (13.19-22).

L'objectif de Jonathan: prendre un point stratégique

Jonathan ne s'avoue pas vaincu. Plutôt que d'attendre, résigné, l'assaut final des Philistins, il décide de quitter son camp, non pour le déserter, mais pour attaquer un poste philistin. Jonathan ne cherche pas à battre quelques ennemis dans un esprit revanchard. Il n'est pas non plus intéressé à ne renforcer que légèrement la situation de son peuple en dérobant, par exemple, quelques armes à l'ennemi, ou en éliminant une garnison de vingt hommes.

Jonathan cherche une victoire mémorable: une victoire qui pourra ranimer le courage de ses troupes et démoraliser l'adversaire. Jonathan veut prendre l'imprenable et montrer ainsi que la forteresse philistine la mieux défendue peut tomber devant une poignée d'hommes. L'objectif choisi est situé entre deux pitons rocheux («Il y avait une dent de rocher d'un côté et une dent de rocher de l'autre côté, l'une portant le nom de Botsets et l'autre celui de Séné. L'une de ces dents est au nord vis-à-vis de Mikmach, et l'autre au sud vis-à-vis de Guéba» 14.4-5). Les Philistins avaient établi un avant-poste dans ce défilé, appelé «la passe de Mikmach» (13.23), situé en plein cœur des collines judéennes, entre les armées philistine et israélite. La garnison philistine perchée au sommet d'un monticule aux pentes abruptes exigeait un exercice de grimpe pour y accéder (voir 14.13: «Jonathan monta en s'aidant des mains et des pieds»). L'espace au pied du monticule semblait dégagé (14.11) empêchant les Hébreux de l'approcher par surprise.


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
red care w*
  Signets bo
  Crédits Photos    
tampon 5x5 gris