npq méditations inspirantes et motivantes au fil des jours w

 

10 np oct 2017 w

 

1er Octobre • Lisez > 1 Jean 5.10-15

Certitude

Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle.
1 Jean 5.13

En route vers un rendez-vous important, je me suis demandé si j’avais pris le bon train. Je n’avais jamais fait ce trajet auparavant et j’avais négligé de m’enquérir de l’itinéraire à suivre. Vaincu par l’incertitude et le doute, je suis descendu à la station suivante - où j’ai appris que j’avais bien emprunté le bon train !

Cet incident m’a rappelé que le doute peut nous dérober notre paix et notre confiance. Pendant un certain temps, je n’ai pas eu l’assurance de mon salut, mais Dieu m’a aidé à affronter mes doutes. Plus tard, après que j’eus raconté ma conversion à quelqu’un et que je lui ai affirmé ma certitude d’aller au ciel, cette personne m’a demandé comment je pouvais en être convaincu. Humblement, mais avec confiance, je lui ai cité le verset dont Dieu s’était servi pour me persuader : «Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu» ( 1 Jn 5.13).

Dieu nous promet que, par la foi en son Fils, Jésus, nous avons déjà la vie éternelle : «Dieu nous a donné la vie éternelle, et [...] cette vie est dans son Fils» (v. 11). Cette assurance renouvelle notre foi, nous réconforte lorsque nous sommes découragés et nous encourage quand nous doutons. — Lawrence Darmani

Se rappeler les promesses divines bannit le doute.

*****

2 Octobre • Lisez > Josué 24.2,8-14

Des fruits !

Je vous donnai un pays que vous n’aviez point cultivé, des villes que vous n’aviez point bâties.
Josué 24.13

La jeune mère soupira en cherchant avec peine de quoi préparer le goûter de sa fille de 3 ans. Regardant le panier de fruits vide sur la table de leur cuisine exiguë, elle soupira de nouveau et dit «Si seulement il y avait des fruits dans mon panier, je me sentirais riche !» La fillette l’entendit.

Les semaines passèrent. Dieu soutenait la petite famille, mais la mère se faisait du souci. Puis, un jour, la fillette arriva en sautillant dans la cuisine. «Regarde, maman, nous sommes riches !» s’exclama-t-elle en voyant le panier de fruits sur la table. Rien n’avait changé à la situation, mais on avait acheté un sac de pommes.

Peu avant de mourir, Josué, le dirigeant des Israélites, a évoqué tout ce que Dieu avait fait pour eux. «Et vous restâtes longtemps dans le désert. [...] Je vous donnai un pays que vous n’aviez point cultivé, des villes que vous n’aviez point bâties et que vous habitez, des vignes et des oliviers que vous n’aviez point plantés» (24.7,13). Josué dressa une grande pierre pour rappeler à Israël la provision divine (v. 26).

Comme les Israélites, après avoir connu l’indigence, cette famille vit maintenant ailleurs et jouit du fruit des arbres plantés dans son jardin par un ancien propriétaire. Si vous la visitez, vous découvrirez un bol de fruits sur la table de cuisine. Il leur rappelle la bonté de Dieu et la foi, la joie et la perspective qu’une enfant de 3 ans a apportées à leur famille. — Timothy Gustafson

Se rappeler la provision divine fait naître espoir et courage.

*****

3 Octobre • Lisez > Luc 23.33-43

Mieux que Le réveil

Aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis.
Luc.23.43

Avez-vous déjà cru votre vie ruinée parce que vous aviez fait quelque chose d’embarrassant, de honteux ou de criminel, et vous avez compris à votre réveil qu’il ne s’agissait que d’un rêve ? Que faire quand ce n’est pas un cauchemar, mais une circonstance bien réelle que vous ou un proche devez vivre ?

Dans le roman du XIXe siècle de George MacDonald, The Curate’s Awakening, c’est la situation qu’affronte un ministre du culte qui découvre qu’il parle à un Dieu dont il doute. On l’appelle ultérieurement au chevet d’un jeune homme mourant qui est en train de devenir fou, hanté par un meurtre dont il est coupable.

Dans le combat déchirant qui s’ensuit, le ministre constate ce que nous devons tous apprendre. Le soulagement que l’on ressent quand on se réveille d’un cauchemar ne se compare en rien au fait de s’éveiller à la réalité du pardon divin, que nous avons jadis cru trop beau pour être vrai.

Où trouver la miséricorde dont nous avons besoin ? En Jésus qui, de la croix, a répondu à un criminel mourant qui lui demandait de l’aide : «Aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis» (Lu 23.43). — Mart Dehaan

Nous sommes sauvés par la miséricorde de Dieu et non par nos œuvres.

*****

4 Octobre • Lisez > 1 Rois 18.1,41-45

Pluie miraculeuse

Je suis Dieu, et il n’y en a point d’autre.
Ésaïe 46.9

La vie est dure pour les villageois de la région montagneuse du Yunnan, en Chine. La principale source de nourriture est le maïs et le riz. Cependant, en mai 2012, une grave sécheresse a sévi dans cette partie du monde et les récoltes ont flétri. Chacun était inquiet et, dans le but de venir à bout de cette sécheresse, de nombreuses personnes ont eu recours à des pratiques superstitieuses. Quand rien de tout cela n’a fonctionné, on a reproché aux cinq chrétiens du village d’avoir offensé les esprits des ancêtres.

Ces croyants se sont réunis pour prier. En peu de temps, le ciel s’est assombri et le tonnerre s’est fait entendre. Une pluie torrentielle s’est mise à tomber, qui a duré tout l’après-midi et toute la nuit. Les récoltes étaient sauves ! La plupart des villageois n’ont pas cru que Dieu avait envoyé la pluie, mais quelques-uns ont voulu en savoir davantage au sujet de Jésus.

Dans 1 Rois 17 et 18, nous lisons qu’il y a eu une sécheresse prolongée en Israël. Dieu jugeait les Israélites (17.1) parce qu’ils adoraient Baal, le dieu des Cananéens, croyant qu’il était capable de produire la pluie nécessaire à leurs moissons. Par son prophète Élie, Dieu a démontré qu’il est le seul à déterminer quand la pluie tombe sur la terre.

Notre Dieu tout-puissant veut entendre nos prières et les exaucer. Bien que nous ne comprenions pas toujours son but et son horaire, Dieu nous donne toujours ce qu’il y a de mieux pour nous. — Poh Fang Chia

La prière nous permet de puiser à la puissance du Dieu infini.

*****

5 Octobre • Lisez > Psaume 39.5-14

Les secondes comptent

Éternel ! dis-moi quel est le terme de ma vie.
Psaume 39.5

A l’âge de 59 ans, mon ami Bob Boardman a écrit «Si les 70 années d’une vie normale étaient comprimées en une seule journée de 24 heures, ma vie en serait maintenant à 20 h 30. [...] Le temps passe si vite !»

La difficulté que nous éprouvons à admettre que notre temps sur terre est limité a inspiré la création de la montre Tikker ; cette montre donne l’heure, calcule votre durée estimée de vie et vous fournit un décompte du temps qu’il vous reste à vivre. Selon les personnes à l’origine du projet, «si vous êtes conscients que tout a une fin, vous ferez de chaque seconde quelque chose d’important1».

Dans le Psaume 39, David s’interroge sur la brièveté de la vie. Il écrit : «Éternel ! dis-moi quel est le terme de ma vie, quelle est la mesure de mes jours , que je sache combien je suis fragile » (v.5). Selon lui, sa durée de vie est large comme une main, un rien devant Dieu, un souffle (v 6). Il conclut en affirmant : «Maintenant, Seigneur, que puis-je espérer ? En toi est mon espérance» (v. 8).

L’heure avance. C’est maintenant qu’il faut chercher la puissance de Dieu afin de devenir le genre de personne qu’il souhaite. Puiser notre espoir en notre Dieu Éternel donne un sens à notre vie au quotidien. — David Mccasland

1 http://www.huffingtonpost.fr/2013/11/05/tikker-combien-temps-reste-a-vivre_n_4217218.html

C’est maintenant qu’il faut vivre pour Jésus.

*****

6 Octobre • Lisez > Jean 115.10-20

Jouer avec Le feu

Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime ; [...] je l’aimerai et je me ferai connaître à lui.
Jean 14.21

Lorsque j’étais jeune, ma mère m’a défendu de jouer avec le feu. Pourtant, un jour, j’ai décidé de voir ce qui arriverait si je m’y essayais. Muni d’une pochette d’allumettes et de papier, je me suis dirigé vers le jardin pour faire mon expérience. Le cœur battant, je me suis agenouillé sur le sol, j’ai gratté l’allumette et mis le feu au papier.

Tout à coup, j’ai vu ma mère s’approcher. Ne voulant pas être pris en défaut, j’ai mis mes jambes au-dessus du feu pour lui cacher ce que je faisais. Maman m’a alors crié «Denny, bouge tes jambes ! Il y a un feu dessous !» Heureusement, j’ai réussi à me déplacer assez rapidement pour éviter d’être brûlé. J’ai compris à ce moment-là que ma mère avait établi cette règle non pour me priver de plaisir, mais pour me protéger.

Nous ne comprenons pas toujours pourquoi Dieu nous commande certaines choses. Nous pouvons même penser qu’il est un trouble-fête cosmique qui nous impose des règles pour nous empêcher d’avoir du plaisir. Dieu nous demande toutefois de lui obéir dans notre intérêt. Ce faisant, nous demeurons dans son amour et sommes remplis de joie (Jn 15.10,11).

Quand Dieu nous avertit de ne pas pécher, c’est donc pour notre bien. En réalité, il veut nous garder de «jouer avec le feu» et d’être brûlés. — Dennis Fisher

Si vous marchez avec la Lumière du monde,
vous n’avez pas à craindre les ténèbres.

*****

7 Octobre • Lisez > Job 19.1-21

Vision floue

Mon oreille avait entendu parler de toi ; mais maintenant mon œil t’a vu.
Job 42.5

Mon amie, Meaghan, est une cavalière accomplie. Elle m’a d’ailleurs appris des faits intéressants au sujet des chevaux. Par exemple, même si ce sont les mammifères terrestres ayant les yeux les plus gros, ils n’ont pas une bonne vision et distinguent moins de couleurs que les humains. Par conséquent, ils ne peuvent pas toujours identifier correctement les objets au sol. Quand ils y voient une perche, ils ignorent s’il s’agit d’un bâton qu’ils peuvent facilement enjamber ou d’un serpent qui pourrait les mordre. Voilà pourquoi les chevaux sont craintifs et ont tendance à s’emballer, jusqu’à ce qu’on les ait bien entraînés.

Il peut nous arriver de vouloir fuir nos difficultés. Nous pouvons ressentir les mêmes sentiments que Job qui n’avait pas compris pourquoi il était éprouvé et qui souhaitait ne jamais être né. Puisqu’il ne voyait pas que Satan essayait de le briser, il croyait que le Seigneur, sur qui il s’était appuyé, tentait de le détruire. Dépassé, il s’est écrié : «Sachez alors que c’est Dieu qui me poursuit, et qui m’enveloppe de son filet» (Job 19.6).

Comme celle de Job, notre vision est floue. Nous voulons fuir les situations pénibles qui nous affolent. Dieu nous assure que nous ne sommes pas seuls. Il comprend ce qui nous effraie et nous rend perplexes. Il sait aussi que nous sommes en sécurité puisqu’il se tient à nos côtés. Les épreuves nous donnent l’occasion de faire confiance à sa sagesse plutôt qu’à la nôtre. — Anne Cetas

Croire à la fidélité de Dieu apaise nos inquiétudes.

*****

8 Octobre • Lisez > 1 Pierre 2.13-25

Parler à la légère

Lui qui, injurié, ne rendait point d’injures.
1 Pierre 2.23

Je conduisais depuis environ une demi-heure quand ma fillette, assise sur la banquette arrière, s’est soudainement mise à hurler. En réponse à ma question : «Que s’est-il passé ?», elle m’a dit que son frère lui avait serré le bras. Il lui avait serré le bras parce qu’elle l’avait pincé. Elle l’avait pincé parce qu’il lui avait dit quelque parole méchante.

Ce schéma, très commun entre enfants, peut malheureusement se reproduire chez les adultes. Une personne en blesse une autre, et cette dernière réagit en l’attaquant verbalement. L’autre rétorque et, en peu de temps, la colère et des paroles désobligeantes ont envenimé la relation.

La Bible affirme que «tel, qui parle légèrement, blesse comme un glaive», mais qu’une «réponse douce calme la fureur» (Pr 12.18; 15.1). Parfois, la meilleure façon de réagir aux commentaires blessants ou cruels consiste à garder le silence.

Avant la crucifixion de Jésus, les autorités religieuses ont tenté de le provoquer par leurs paroles (Mt 27.41-43). Pourtant, quand il était injurié, il n’a pas rendu d’injures, mais s’en est remis à celui qui juge justement ( 1 Pi 2.23).

L’exemple de Jésus et l’aide de l’Esprit nous permettent de réagir aux gens qui nous offusquent. En nous appuyant sur le Seigneur, nous n’aurons pas besoin de faire appel à notre arsenal de mots. — Jennifer Benson Schuldt

Une réponse douce a souvent eu raison d’un cœur dur.

*****

9 Octobre • Lisez > Job 29.1-6; 30.1-9

Le chant de notre vie

Car l’Éternel est ma force et le sujet de mes louanges.
Ésaïe 12.2

Chacun entend différemment la même pièce de musique. Le compositeur l’entend dans son imagination, et l’auditoire la ressent. Les musiciens de l’orchestre entendent le mieux les instrumentistes tout près d’eux.

Dans un certain sens, nous sommes membres de l’orchestre divin. Il arrive souvent que nous n’entendions que la musique qui se joue près de nous, plutôt qu’une œuvre équilibrée. Nous ressemblons à Job qui, lorsqu’il souffrait, s’est écrié: «Et maintenant, je suis l’objet de leurs chansons, je suis en butte à leurs propos» (Job 30.9).

Job se rappelait avoir été respecté par des princes et des hauts placés. Alors, ses «pieds se baignaient dans la crème et [...] le rocher répandait près de [lui] des ruisseaux d’huile» (29.6). À présent, les moqueurs le ridiculisaient : «Ma harpe n’est plus qu’un instrument de deuil » (30.31). La symphonie se composait de beaucoup plus, mais Job ne l’entendait pas.

Il est possible que vous n’entendiez que les notes tristes de votre violon. Ne perdez pas courage. Chaque détail de votre vie entre dans la composition de l’œuvre divine. Peut-être entendez-vous le son enjoué d’une flûte. Louez-en Dieu et partagez votre joie avec une autre personne.

Nous jouons le chef-d’œuvre de la rédemption et, en définitive, tout concourra à accomplir les intentions de Dieu. Dieu est le compositeur de notre vie, son œuvre est parfaite, nous pouvons lui faire confiance. — Keila Ochoa

Mon cœur chante quand je crois en la bonté de Dieu.

*****

10 Octobre • Lisez > 1 Jean 4.7-19

L’amour en premier

Nous aimons [Dieu], parce qu’il nous a aimés le premier.
1 Jean 4.19

Un soir, mon amie m’a fait voir l’une des trois plaques décoratives qu’elle devait fixer au mur de son salon. «Tu vois, j’ai déjà l ’ Amour » , me dit-elle en me montrant la première plaque. «La Foi et l’Espérance ont été commandées.»

Je me suis dit que l’amour venait en premier et que la foi et l’espérance lui emboîtaient le
pas !

L’amour est venu en premier. En fait, il trouve son origine en Dieu. «Nous l’aimons parce qu’il nous a aimés le premier» (Jn 4.19). Selon la description qu’en fait 1 Corinthiens 13, l’amour divin ne périt jamais (v. 8).

La foi et l’espérance sont essentielles au chrétien. Nous ne pouvons avoir «la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ» (Ro 5.1) que parce que nous sommes justifiés par la foi. Par ailleurs, Hébreux 6 présente l’espérance comme «une ancre de l’âme, sûre et solide» (v. 19).

Un jour, nous n’aurons plus besoin de foi ou d’espérance. La foi deviendra vue et notre espérance se réalisera quand nous verrons notre Sauveur. L’amour est toutefois éternel, puisque l’amour est de Dieu et que Dieu est amour (1 Jn 4.7,8). «Maintenant donc ces trois choses demeurent : la foi, l’espérance, l’amour ; mais la plus grande de ces choses, c’est l’amour» (1 Co 13.13) , l’amour ouvre la marche et la ferme. — Cindy Hess Kasper

Nous aimons parce que Dieu nous a aimés le premier.

*****

11 Octobre • Lisez > Colossiens 3.1-14

Bilan de santé spirituelle

Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force.
Marc 12.30

Afin de découvrir des problèmes de santé avant qu’ils ne deviennent sérieux, les médecins recommandent un examen de routine. De même, nous pouvons dresser le bilan de notre santé spirituelle en nous posant quelques questions fondées sur le grand commandement (Mc 12.30).

Est-ce que j’aime Dieu de tout mon cœur parce qu’il m’a aimé le premier ? Lequel est le plus intense : mon désir de biens matériels ou des trésors que j’ai en Christ (Col 3.1) ? Celui-ci veut que sa paix règne en nous. Est-ce que j’aime Dieu de toute mon âme ? Est-ce que je résiste à mes désirs égoïstes (v. 5) pour devenir plus compatissant, bon, humble, doux et patient (v. 12) ?

Est-ce que j’aime Dieu de toute ma pensée ? Est-ce que je me concentre sur ma relation avec le Fils ou est-ce que je laisse errer mes pensées (v. 2) ? Ma réflexion engendre-t-elle problèmes ou solutions ? unité ou division ? pardon ou vengeance (v. 13) ?

Est-ce que j’aime Dieu de toute ma force ? Est-ce que je suis prêt à être vu comme faible pour que l’on constate la force de Dieu en moi (v. 17) ? Est-ce que je m’appuie sur sa grâce de sorte qu’elle me fortifie ?

Tandis que «la parole de Christ demeure en [nous] dans toute sa richesse» (v. 16), elle nous rendra capables de nous édifier mutuellement et de lui être utiles, puisque nous jouirons d’une bonne forme spirituelle. — Julie Ackerman Link

Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. Marc 12.30

Lecture de la Bible + exercices de foi = bonne forme spirituelle.

*****

12 Octobre • Lisez > Ésaïe 40.25-31

Inquiétudes

Remets ton sort à l’Éternel, et il te soutiendra.
Psaume 55.23

Un homme s’inquiétait constamment de tout. Un jour, ses amis l’ont entendu siffler joyeusement et ont remarqué son air détendu. Quand, étonnés, ils lui ont demandé ce qui s’était passé, il leur a répondu qu’il avait payé un homme pour qu’il se fasse du souci à sa place. «Combien lui donnes-tu ?» «Deux mille dollars par semaine.» «Comment peux-tu te permettre de lui offrir un tel montant ?» «J’en suis incapable, mais c’est son problème !»

Si cette façon humoristique de gérer le stress ne fonctionne pas dans la réalité, les enfants de Dieu peuvent remettre leurs soucis à Celui qui est aux commandes de tout, particulièrement quand ils ont l’impression que ce n’est pas le cas.

Le prophète Ésaïe nous rappelle que Dieu fait briller les étoiles et qu’il leur donne à toutes un nom (40.25,26). Pas une d’elles ne manque grâce au grand pouvoir de Dieu et à sa force puissante (v. 26). Dieu connaît les étoiles par leur nom, et il nous connaît personnellement. Il prend bien soin de chacun de nous (v. 27).

Si nous avons tendance à nous inquiéter, nous pouvons remettre nos soucis au Seigneur. Il n’est jamais trop fatigué ou trop las pour s’occuper de nous. Il est tout-puissant et infiniment sage, et il désire mettre ses vertus divines à notre service. Le Dieu saint qui dirige les étoiles nous tient dans ses bras. — Poh Fang Chia

En présence de la foi, l’inquiétude se tait.

*****

13 Octobre • Lisez > Exode 3.1-6 ,10-14

Questions brûlantes

Je suis celui qui suis.
Exode 3.14

On raconte que, par un soir d’automne, un jeune autochtone a été envoyé seul dans la forêt pour y subir le test du courage. Le ciel s’est bientôt obscurci et les bruits de la nuit ont rempli l’air: craquement des arbres, hululement du hibou, hurlement du coyote. Malgré ses craintes, le garçon a passé toute la nuit dans la forêt, comme l’exigeait l’épreuve. Aux premières lueurs de l’aube, il a remarqué la silhouette d’un homme qui se tenait tout près. C’était son grand-père, qui avait veillé sur lui durant toute la nuit.

Au cœur du désert, Moïse a vu un buisson qui brûlait sans se consumer. Dieu s’est adressé à lui du buisson, lui ordonnant de retourner en Égypte et d’en faire sortir les Israélites, alors esclaves, pour les mener vers la liberté. Peu enthousiaste, Moïse a interrogé le Seigneur «Qui suis-je, pour aller vers Pharaon ?» «Je serai avec toi.» «Je leur dirai : Le Dieu de vos pères m’envoie vers vous. Mais, s’ils me demandent quel est son nom, que leur répondrai-je ?» Dieu dit à Moïse «Je suis celui qui suis. [...] Celui qui s’appelle «Je suis» m’a envoyé vers vous» (Ex 3.11-14). «Je suis celui qui suis» signifie aussi «Je serai qui je serai» et révèle le caractère éternel et tout-suffisant de Dieu.

Dieu a promis sa présence constante auprès de ceux qui croient en Jésus. Peu importe à quel point la période est sombre, le Dieu invisible est prêt à répondre à notre besoin. — Dave Egner

Dieu est toujours présent et à l’œuvre.

*****

14 Octobre • Lisez > Hébreux 11. 8-16

Tous sains et saufs

Or, la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas.
Hébreux 11.1

En janvier 1915, l’équipage de l’Endurance a dû abandonner son navire, pris et écrasé entre les glaces au large des côtes de l’Antarctique. Ces explorateurs polaires, dirigés par Ernest Shackleton, ont survécu au naufrage et réussi à atteindre l’île de l’Éléphant. Sur cette île déserte, loin de toute route maritime, ces hommes n’avaient aucun espoir de survie. Le 24 avril 1916, 22 hommes se sont tenus sur le rivage tandis que Shackleton, accompagné de cinq hommes, prenait le large à bord d’une barque en direction de la Géorgie du Sud, une île située à environ 1300 km. Ils avaient peu de chances d’y arriver et, s’ils échouaient, tous mourraient. Quelle joie lorsque, quatre mois plus tard, les naufragés virent à l’horizon un bateau avec, à la proue, Shackleton qui leur criait . «Tout va-t-il bien ?» La réponse lui parvint : «Tous sains et saufs !»

Qu’est-ce qui a gardé ces hommes unis et vivants durant tout ce temps ? L’espoir qu’ils avaient placé en Shackleton. Ils ont cru qu’il trouverait le moyen de les sauver.

Cet exemple de foi et d’espérance rappelle celui des héros inventoriés dans Hébreux 11. Leur foi, qui était «une ferme assurance des choses qu’on espère» (Hé 11.1) leur a permis de traverser de rudes épreuves.

Devant nos malheurs, ne baissons pas les bras. Espérons en vertu de la certitude de notre foi en un Homme, Jésus, notre Dieu et notre Sauveur. — Randy K. Kilgore

L’espérance en Jésus illumine même les jours les plus sombres.

*****

15 Octobre • Lisez > Proverbes 3.1-8

Directives divines

Reconnais-le dans toutes tes voies, et il aplanira tes sentiers.
Proverbes 3.6

Il y a un siècle, Oswald Chambers, âgé de 41 ans, a mis le pied en Égypte pour y servir d’aumônier auprès des troupes du Commonwealth britannique durant la Grande Guerre. On l’assigna au camp de Zeitoun, à une dizaine de kilomètres au nord du Caire. Le soir même de son arrivée, soit le 27 octobre 1915, Chambers a écrit dans son journal : «La région absolument déserte évoque le cœur des troupes et fournit donc de merveilleuses occasions aux hommes. Cette situation ne ressemble en rien à ce que j’ai connu et c’est avec intérêt que j’observerai l’œuvre que Dieu y fera.»

Chambers croyait à la véracité de Proverbes 3.5,6 et la mettait en pratique « Confie-toi en l’Éternel de tout ton cœur, et ne t’appuie pas sur ta sagesse ; reconnais-le dans toutes tes voies, et il aplanira tes sentiers. »

Ce verset nous réconforte et nous stimule à la fois. Savoir que le Seigneur nous guidera chaque jour nous sécurise, mais nous ne devons pas tenter de respecter notre calendrier au point de résister aux nouvelles directives de Dieu ou à son programme.

«Nous n’avons pas le droit de déterminer où le Seigneur devrait nous placer ou de nourrir des idées préconçues quant à ce qu’il nous prépare à faire», affirme Chambers. «Dieu planifie tout. Peu importe le travail qu’il nous confie, nous devrions avoir pour but de lui être entièrement dévoués.» — David Mccasland

Lorsque nous nous confions en l’Éternel il dirige nos pas.

*****

16 Octobre • Lisez > Matthieu 6.19-24

Trésors dans Le ciel

Amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent.
Matthieu 6.20

Une mauvaise pose des canalisations électriques a été à la source d’un incendie qui a rasé notre demeure récemment construite. En une heure, tout était réduit en cendres. Un certain dimanche, en rentrant de l’église, nous avons découvert que l’on s’était introduit par effraction chez nous et que l’on nous avait cambriolés.

Dans notre monde imparfait, la perte de biens matériels n’est que trop commune : des véhicules sont volés ou accidentés, des bateaux coulent, des édifices s’écroulent, des domiciles sont inondés, des biens sont pillés. L’exhortation de Jésus, selon laquelle nous ne devrions pas nous amasser des trésors sur la terre, prend alors tout son sens (Mt 6.19).

Jésus a raconté l’histoire d’un homme qui, ayant accumulé de grands trésors, a décidé de tout garder pour lui-même (Lu 12.16-21). «Repose-toi, mange, bois, et réjouis-toi» (v. 19). Cette nuit-là, il a tout perdu, y compris sa vie. Jésus a conclu «Il en est ainsi de celui qui amasse des trésors pour lui-même, et qui n’est pas riche pour Dieu» (v. 21).

Les richesses matérielles sont temporaires. Rien ne dure pour toujours, sauf ce que notre Dieu nous permet de faire pour les autres. Donner de notre temps et de nos ressources pour répandre la Bonne Nouvelle, rendre visite à ceux qui sont seuls et aider les personnes dans le besoin sont autant de façons d’amasser des trésors dans le ciel (Mt 6.20). — Lawrence Darmani

Nos investissements dans l’éternité constituent notre vraie richesse.

*****

17 Octobre • Lisez > Psaume 25.4-11

Chemins escarpés

Demandez quels sont les anciens sentiers, quelle est la bonne voie ; marchez-y, et vous trouverez le repos de vos âmes ! 

Jérémie 6.16

Un copain de pêche m’a parlé d’un lac alpin situé sur le flanc nord du mont Jughandle, en Idaho. On racontait que de belles truites fardées s’y cachaient. À l’aide d’un crayon, mon ami m’a tracé une carte sur un bout de serviette de table. Plusieurs semaines plus tard, j’ai fait le plein d’essence et j’ai engagé mon camion sur cette piste.

Quel sentier ! Il était parmi les pires routes que j’aie jamais empruntées ! Il s’agissait d’un ancien chemin forestier que l’on avait frayé dans la forêt sans jamais l’entretenir. Ravinements, arbres tombés, ornières profondes et gros cailloux contribuaient à me secouer et à faire souffrir le châssis de mon camion. Il m’a fallu une grande partie de la matinée pour m’y rendre et, une fois sur place, je me suis demandé: Pourquoi mon ami m’enverrait-il faire une telle balade ?

Le lac était toutefois magnifique et la truite, énorme et pugnace ! Mon copain m’avait indiqué le bon chemin, celui que j’aurais moi-même choisi et enduré patiemment si j’en avais connu la destination.

«Tous les sentiers de l’Éternel sont miséricorde et fidélité, pour ceux qui gardent son alliance et ses commandements» (Ps 25.10). Certains des sentiers de Dieu sont ardus et accidentés, d’autres, fastidieux et ennuyeux. Quand nous toucherons au but, et que nous connaîtrons comme nous avons été connus, nous découvrirons que le sentier de Dieu était le meilleur. — David H. Roper

Malgré les obstacles sur le sentier, Dieu nous conduit.

*****

18 Octobre • Lisez > Jean 19.21-30

Croix et couronne

Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s’il meurt.
Jean 11.25

L’abbaye de Westminster, à Londres, est riche en histoire. Au Xe siècle, les moines bénédictins ont commencé à y louer Dieu quotidiennement, ce qu’ils font toujours. De nombreuses personnes célèbres y sont également enterrées, et depuis l'an 1066, tous les rois britanniques y ont été couronnés. En fait, 17 de ces rois y sont aussi inhumés, leur règne se terminant là où il avait débuté.

Les dirigeants mondiaux accèdent au pouvoir et en déchoient , ils vivent et ils meurent, et la pompe associée à leurs funérailles ne change rien à ce fait. Même s’il est jadis mort, un autre roi nommé Jésus n’est plus dans le tombeau. Lors de sa première venue, on l'a couronné d’épines et on l'a crucifié ; on l'a appelé le «roi des Juifs» (Jn 19.3,19). Grâce à sa résurrection victorieuse, nous qui croyons en lui sommes assurés de vivre éternellement en sa présence. Jésus a dit : «Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s’il meurt ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais» (11.25,26).

Nous servons un roi ressuscité ! Soumettons-nous dès maintenant avec joie à son autorité sur notre vie en attendant le jour où «le Seigneur, notre Dieu tout-puissant» régnera pour l’éternité (Ap 19.6) ! — Bill Crowder

La résurrection de Jésus a tué la mort.

*****

19 Octobre • Lisez > Psaume 9.2-11

Attendre La réponse

Ceux qui connaissent ton nom se confient en toi. Car tu n’abandonnes pas ceux qui te cherchent, ô Éternel !
Psaume 9.11

A l’âge de 15 ans, notre fille s’est enfuie de la maison. Elle a été partie plus de trois semaines. Ce furent les trois semaines les plus longues de notre vie. Nous l’avons cherchée partout et avons même demandé l’aide d’amis et de la police. Ces jours remplis de désespoir nous ont enseigné, à ma femme et à moi, l’importance de nous attendre à Dieu dans la prière. Nous étions à bout de forces et de ressources, nous devions absolument nous appuyer sur Dieu.

Elle a été retrouvée le jour de la fête des Pères. Nous allions entrer dans un restaurant pour y manger quand nous avons reçu un appel. Une serveuse dans un autre restaurant l’avait vue. Notre fille n’était qu’à trois pâtés de maisons de chez nous. En peu de temps, nous l’avons ramenée à la maison, saine et sauve.

Quand nous prions, nous devons nous attendre à Dieu. Nous ignorons quand ou comment il nous exaucera, mais nous pouvons être continuellement en prière. Parfois, la réponse n’arrive pas au moment souhaité. Les choses peuvent même s’envenimer. Nous devons toutefois persévérer, croire et insister. Attendre n’est jamais facile, mais le résultat en vaut toujours la peine. Selon David «Tu n’abandonnes pas ceux qui te cherchent, ô Éternel !»
(Ps 9.11.) Cherchons, croyons, demandons, prions sans cesse. — James Banks

Le temps consacré à la prière est toujours bien employé.

*****

20 Octobre • Lisez > 1 Samuel 16.1-7

Vue intérieure

L’Éternel regarde au cœur.
1 Samuel 16.1-7

Le physicien à la retraite, Arie van’t Riet, crée des œuvres d’art particulières. Dans sa composition picturale entrent des plantes et des animaux morts qu’il radiographie. Il scanne les radiographies développées et les télécharge dans un ordinateur, puis il ajoute de la couleur à certains éléments de ses images. Ses œuvres dévoilent la complexité intérieure des fleurs, des poissons, des oiseaux, des reptiles et des singes.

La vue intérieure d’un objet est toujours plus fascinante et révélatrice que son aspect extérieur. À première vue, Samuel a cru qu’Éliab pourrait être le prochain roi d’Israël
(1 Sa 16.6). Dieu a toutefois dit à Samuel de ne pas s’arrêter à son apparence : «L’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Éternel regarde au cœur» (v. 7). L’Éternel a choisi David, plutôt qu’Éliab, pour être roi d’Israël.

Dieu s’intéresse plus à notre cœur qu’à notre taille, à l’état de notre âme qu’à nos traits. Pour lui, nous ne sommes ni trop vieux, ni trop jeunes, ni trop petits, ni trop gros. Il se concentre sur ce qui compte - notre réaction à son amour, ainsi que notre souci des autres
(Mt 22.37-39). Nous lisons dans 2 Ch 6.30 que seul le Seigneur connaît le cœur des enfants des hommes. Quand celui qui a tant fait pour nous scrute notre cœur, qu’y voit-il ? — Jennifer Benson Schuldt

Le contenu du cœur d’une personne détermine sa vraie valeur.

*****

21 Octobre • Lisez > Esdras 9.1-9

Profondément orgueilleux

Esdras [...] était un scribe versé dans la loi de Moïse.
Esdras 7.6

«Il se croit vraiment quelqu’un !» s’exclama mon ami au sujet d’un chrétien que nous connaissions. Nous avions cru discerner en lui de l’orgueil. En peu de temps, nous avons appris qu’il avait été trouvé coupable de quelque méfait grave. Le fait de s’élever ne lui avait apporté que des ennuis. Nous avons alors compris que nous n’étions pas à l’abri de cette tentation.

Il est facile de faire peu de cas du péché d’orgueil dans notre cœur. Plus nous jouissons du succès, plus nous sommes enclins à croire que nous «sommes quelqu’un». L’orgueil est au cœur même de notre nature.

L’Écriture parle d’Esdras comme d’«un scribe versé dans la loi de Moïse» (Esd 7.6). Le roi Artaxerxès l’avait désigné pour diriger une expédition d’exilés hébreux à Jérusalem. Esdras était le candidat idéal pour succomber au péché d’orgueil, mais il y a résisté. Non seulement Esdras connaissait-il la loi, mais il la vivait.

Après son arrivée à Jérusalem, il a appris que des Juifs avaient épousé des femmes servant des dieux étrangers, désobéissant ainsi aux directives divines (9.1,2), Il a déchiré ses vêtements en signe de douleur et s’est repenti sincèrement (9.5-15). Son amour pour Dieu et son peuple guidaient Esdras.

Il a compris la portée du péché des Israélites, mais il s’est humblement repenti et s’est appuyé sur la bonté et le pardon de Dieu. — Tim Gustafson

L’orgueil est un état d’esprit entièrement opposé à Dieu.

*****

22 Octobre • Lisez > Psaume 145.1-18

La joie de ta présence

Car l’Éternel est grand et très digne de louange, il est redoutable par-dessus tous les dieux.
Psaume 96.4

Selon le catéchisme de Westminster, le but ultime de l’homme est de glorifier Dieu et de jouir de sa présence pour toujours. L’Écriture nous exhorte à maintes reprises à rendre grâces, à louer et à adorer le Dieu vivant. Quand nous honorons le Seigneur, nous le célébrons comme la source de laquelle découle toute bonté.

En célébrant Dieu de tout notre coeur, nous nous trouvons dans l’état heureux pour lequel nous avons été créés. Comme un magnifique coucher de soleil ou une scène pastorale paisible nous rappellent la majesté du Créateur, la louange nous unit spirituellement à lui. Le psalmiste affirme : «L’Éternel est grand et très digne de louange [...] L’Éternel est près de tous ceux qui l’invoquent» (Ps 145.3,18).

Dieu n’a pas besoin de notre louange, mais nous avons besoin de le louer. En goûtant sa présence, nous assimilons la joie de son amour infini et nous nous réjouissons en celui qui est venu nous racheter et nous restaurer. «Il y a d’abondantes joies devant ta face, des délices éternelles à ta droite» (Ps 16.11) nous remémore le psalmiste. — H.Dennis Fisher

La louange : un cœur débordant d’adoration envers Dieu.

*****

23 Octobre • Lisez > Ésaïe 49.13-20

Jésus me suffit

Car l’Éternel console son peuple, il a pitié de ses malheureux.
Ésaïe 49.13

Dans notre vie, les saisons dépourvues de problèmes sont rares, mais parfois, l’adversité est extrême. En elles-mêmes, de telles percées technologiques ne sont ni morales ni immorales. Cependant, nous serions sages de nous rappeler les limites de tout ce que nous faisons par nous-mêmes.

Rose a perdu toute sa famille, sauf ses deux fillettes, dans le génocide du Rwanda, en 1994. Veuve parmi tant d’autres, elle a peu de ressources financières, mais elle refuse d’abdiquer. Elle a adopté deux orphelins et fait confiance à Dieu pour qu’il pourvoie à la nourriture et aux droits de scolarité de sa famille composée de cinq personnes. Elle traduit des écrits chrétiens dans le dialecte local et organise une conférence annuelle pour veuves. Rose pleure en me racontant son histoire, mais elle a un remède bien simple pour affronter tous ses problèmes. « Jésus me suffit », me confie-t-elle.

Dieu sait exactement ce à quoi vous devez faire face aujourd’hui. Ésaïe nous rappelle que Dieu nous connaît si intimement que c’est comme si notre nom était inscrit sur ses mains
(Es 49.16). Nous négligeons parfois les besoins des autres, même ceux de nos proches, mais le Seigneur connaît chaque détail de notre vie. Il nous a donné son Esprit pour nous guider, nous réconforter et nous fortifier.

Pensez à vos difficultés actuelles, puis inscrivez ces mots à côté de chacune d’entre elles pour vous rappeler la fidélité et les soins divins « Jésus me suffit. » — Marion Stroud

La vie prend son sens à la lumière de Christ.

*****

24 Octobre • Lisez > Exode 2.11-22

Devenir invisible

Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux.
Écclésiaste 3.1

Là où je vis, c’est la saison où les plantes se protègent contre la mort en demeurant sous terre jusqu’à ce qu’il soit prudent d’en ressortir. Avant que la neige tombe et que la terre gèle, elles se départissent de leurs magnifiques fleurs et se retirent dans un endroit où elles peuvent se reposer et refaire le plein avant la prochaine saison de croissance. Malgré les apparences, elles ne sont pas mortes ; elles sont dormantes. Lors de la fonte des neiges et du dégel, elles pousseront de nouveau vers le ciel, saluant leur Créateur de leurs teintes vives et de leurs parfums suaves.

Il est parfois nécessaire de traverser des étapes de dormance au fil de notre vie. Nous ne sommes pas morts, mais nous avons l’impression d’être invisibles. Nous pouvons alors nous sentir inutiles et nous demander si Dieu se servira encore de nous. Le Seigneur nous ménage toutefois de tels moments pour nous protéger et nous préparer. Au moment opportun, quand les conditions seront favorables, il nous appellera de nouveau à le servir et à l’adorer.

Moïse a connu une période creuse. Après avoir assassiné l’Égyptien qui avait blessé un Hébreu, Moïse a dû s’enfuir au pays lointain des Madianites (Ex 2.11-22). C’est là que Dieu l’a préparé à entreprendre la plus grande œuvre de sa vie (3.10).

Prenons donc courage. Aux yeux du Seigneur, nous ne sommes jamais invisibles. — Julie Ackerman Link

Personne n’est invisible pour Dieu.

*****

25 Octobre • Lisez > Jean 3.22-31

Dans les coulisses

Il faut qu’il croisse, et que je diminue.
Jean 3.30

Les activités d’évangélisation de notre Église ont culminé dans un office religieux réunissant toute la ville. Tandis que l’équipe qui avait organisé et dirigé les événements - composée de notre groupe musical de jeunes, de conseillers et de dirigeants spirituels - montait sur l’estrade, nous l’avons tous applaudie avec enthousiasme, lui signifiant à quel point nous lui étions reconnaissants pour son dur travail.

Parmi ces gens, un homme était à peine visible, bien qu’il ait été le leader de l’équipe. Le rencontrant quelques jours plus tard, je l’ai remercié et félicité pour son travail. «Nous t’avons à peine remarqué durant tout le programme», lui ai-je dit.

«J’aime travailler dans les coulisses.» Il ne cherchait pas à être reconnu ; il voulait plutôt que ses coéquipiers le soient. Sa conduite m’a tenu lieu de prédication. Elle m’a rappelé que, lorsque je sers le Seigneur, je n’ai pas à rechercher les honneurs. Je peux magnifier Dieu, que les autres apprécient mon travail ou non. Donner la première place à Christ peut venir à bout de toute jalousie puérile et de la concurrence malsaine.

Jésus, qui «est au-dessus de tous» (Jn 3.31), doit croître tandis que je dois diminuer (v. 30). Cette disposition nous fera souhaiter le progrès de l’œuvre divine. Christ, plutôt que nous, doit être au centre de tout notre travail. — Lawrence Darmani

C’est Christ qui doit être sous les projecteurs.

*****

26 Octobre • Lisez > Psaume 119.9-16

Cachée dans mon coeur

Je serre ta parole dans mon cœur.
Psaume 119.11

Je m’habitue à lire des magazines numériques. J’aime épargner des arbres et, de plus, je n’ai pas besoin d’attendre qu’on me livre la revue par la poste. Les éditions imprimées me manquent cependant parce que je ne peux plus passer mes doigts sur les feuilles lustrées ou en découper mes recettes favorites. l’ai une édition numérique de la Bible dans mon dispositif de lecture.

J’ai toutefois conservé ma Bible préférée, celle que j’ai lue à maintes reprises et que j’ai soulignée. Nous ignorons ce que l’avenir réserve à la page imprimée, mais nous savons que le meilleur endroit pour ranger la Parole de Dieu n’est pas notre téléphone cellulaire, notre tablette ou notre table de chevet.

Le Psaume 119 nous parle de garder la Parole dans notre cœur «Je serre ta parole dans mon cœur, afin de ne pas pécher contre toi» (v. 11). Rien ne se compare au fait d’en apprendre plus sur Dieu, de méditer la Parole et de la mettre en pratique au quotidien. L’endroit par excellence pour stocker la Bible, c’est au plus profond de notre cœur. Nous pouvons avoir de nombreuses excuses pour négliger de lire, de méditer ou de mémoriser l’Écriture, mais nous en avons besoin. Je demande à Dieu qu’il nous fasse garder sa Parole dans le meilleur endroit possible : notre cœur. — Keila Ochoa

Le meilleur endroit pour ranger la Parole est notre cœur.

*****

27 Octobre • Lisez > 1 Corinthiens 13

Rater sa chance

Et quand j’aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j’aurais même toute la foi jusqu’à transporter des montagnes, si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien.
1 Corinthiens 13.2

J’ai entendu les paroles les plus tristes aujourd’hui. Deux chrétiens parlaient d’un sujet sur lequel ils ne s’accordaient pas. Le plus âgé des deux avait pris un air suffisant. Se servant de l’Écriture comme d’une arme, il accusait l’autre de tout ce qu’il considérait comme mal chez lui. Le plus jeune semblait fatigué du sermon, fatigué de l’autre et découragé.

Comme la discussion tirait à sa fin, le plus âgé a fait savoir au plus jeune que son indifférence lui déplaisait. «Autrefois, tu étais tout feu tout flamme !», puis il a lâché : «Mais qu’est-ce que tu veux donc ?»

«Tu as raté la chance de m’aimer, lui a répondu le plus jeune. Depuis que tu me connais, ce qui a semblé être le plus important pour toi a été de me reprocher mes erreurs. Ce que je veux ? Je veux voir Jésus en toi.»

S’il m ’avait adressé ces paroles, j’en aurais été anéanti, ai-je pensé. Je savais qu’à l’instant même, le Saint-Esprit me disait que j’avais raté la chance d’aimer certaines personnes. J’étais aussi conscient du fait que certains n’avaient pu observer Jésus en moi non plus.

L’apôtre Paul affirme que l’amour doit être le motif sous-jacent de tout ce que nous faisons
(1 Co 13.1-4). Ne ratons pas la prochaine occasion de manifester de l’amour à autrui. — Randy Kilgore

Aimer vaut bien mieux que sermonner !

*****

28 Octobre • Lisez > Hébreux 10.32-39

Matière à réflexion

En effet, vous avez eu de la compassion pour les prisonniers, et vous avez accepté avec joie l’enlèvement de vos biens, sachant que vous avez des biens meilleurs et qui durent toujours.
Hébreux 10.34

Au début du mois de septembre 2011, un incendie incontrôlable a détruit 600 domiciles dans la ville et les environs de Bastrop, au centre du Texas. Quelques semaines plus tard, l'Austin American-Statesman mettait en manchette «Les gens qui ont perdu le plus se concentrent sur ce qu’ils n’ont pas perdu.» L’article décrivait la générosité exceptionnelle de la collectivité et racontait que ceux qui avaient été soutenus par leurs voisins, leurs amis et la communauté avaient compris que ce qui leur restait comptait beaucoup plus que ce qu’ils avaient perdu.

L’auteur de l'épître aux Hébreux a rappelé aux disciples de Jésus du Ier siècle qu’ils avaient bravement enduré la persécution aux premiers jours de leur conversion. Ils avaient résisté aux insultes et à l’oppression, se serrant les coudes entre eux (Hé 10.32,33). «Vous avez eu de la compassion pour les prisonniers, et vous avez accepté avec joie l’enlèvement de vos biens, sachant que vous avez des biens meilleurs et qui durent toujours» (v. 34). Ils ne se concentraient pas sur ce qu’ils avaient perdu, mais sur les choses éternelles qu’on ne pouvait leur ravir.

Jésus a dit à ses disciples «Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur» (Mt 6.21). Quand nos regards sont fixés sur Jésus et sur tout ce que nous avons en lui, nous pouvons alors les détacher de nos biens terrestres. — David Mccasland

Sur quoi se porte votre attention aujourd’hui ?

*****

29 Octobre • Lisez > Jérémie 18. 1-12

Attention à La clôture !

L’Éternel [...] donna de bonne heure à ses envoyés la mission de les avertir, car il voulait épargner son peuple.
2 Chroniques 36.15

Fillette, j’ai accompagné mes parents rendre visite à mon arrière-grand-mère, qui vivait près d’une ferme. Sa cour était entourée d’une clôture électrique destinée à empêcher les vaches de paître son gazon. Quand j’ai demandé à mes parents si je pouvais jouer dehors, ils y ont consenti, en m’avertissant de ne pas toucher à la clôture si je ne voulais pas recevoir de décharge électrique.

Faisant malheureusement fi de leur recommandation, j’ai posé le doigt sur la clôture et j’ai reçu une décharge électrique capable de faire reculer une vache. J’ai compris que mes parents m’avaient mise en garde parce qu’ils m’aimaient et désiraient éviter que je me blesse.

Quand Dieu a vu les anciens Israélites de Jérusalem en train de se tailler des idoles et de les adorer, il «donna de bonne heure à ses envoyés la mission de les avertir, car il voulait épargner son peuple» (2 Ch 36.15). Dieu leur a parlé par le prophète Jérémie, mais le peuple a répliqué «Nous suivrons nos pensées» (Jé 18.12). À cause de leur endurcissement, Dieu a permis à Nebucadnetsar de détruire Jérusalem et d’en capturer la plupart des habitants.

Dieu tente peut-être de vous avertir au sujet de l’un de vos péchés. Si oui, prenez courage, c’est parce qu’il vous aime et veut vous éviter des problèmes (Hé 12.5.6). — Jennifer Benson Schuldt

Dieu nous avertit pour nous protéger et non pour nous punir.

*****

30 Octobre • Lisez > Marc 4.35-5.1

Les tempêtes de la vie

Quoique maintenant, puisqu’il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable [...] ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra. 

1 Pierre 1.6,7

L’Évangile de Marc fait état d’une tempête terrible. Les disciples et Jésus étaient à bord d’une barque et ils traversaient la mer de Galilée. Quand «il s’éleva un grand tourbillon», les disciples, dont certains d’entre eux étaient des pêcheurs d’expérience, ont craint pour leur vie (4.37,38). Dieu ne s’en faisait-il pas pour eux ? Jésus ne les avait-il pas triés sur le volet et n’étaient-ils pas proches de lui ? N’obéissaient-ils pas à son ordre de passer sur l’autre bord ? (v. 35.) Pourquoi donc traversaient-ils une telle tourmente ?

Personne n’est exempt des tempêtes de la vie. Comme les disciples craignant le tourbillon au départ en sont venus, après l’avoir traversé, à révérer Christ encore plus, les épreuves que nous vivons peuvent approfondir notre connaissance de Dieu. «Quel est donc celui-ci, à qui obéissent même le vent et la mer ?» (v.41.) Notre adversité peut nous enseigner qu’aucune tempête ne peut empêcher Dieu d’accomplir sa volonté (5.1).

Il est possible que nous ne comprenions pas la raison de nos épreuves, mais nous pouvons remercier Dieu qu’elles nous permettent de mieux le connaître. Nous vivons pour le servir parce qu’il préserve notre vie. — Albert Lee

Les tempêtes de la vie testent la force de notre ancre.

*****

31 Octobre • Lisez > 2 Corinthiens 5.14-21

Réparer ou remplacer ?

Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création.
2 Corinthiens 5.17

IL fallait réparer les boiseries vieillissantes des fenêtres de notre maison. Je les ai donc grattées et poncées en y mettant par la suite du bouche-pores. J’y ai ensuite appliqué une couche d’apprêt et de la peinture beaucoup trop chère. Depuis, mes boiseries ont belle apparence et leur aspect me récompense de mes efforts. Elles n’ont cependant pas l’air neuves. La seule façon d’y parvenir serait de remplacer le vieux bois par du nouveau.

Bien sûr, il est possible d’améliorer l’aspect des boiseries qui se sont détériorées à cause des éléments. Cependant, quand il est question de nos cœurs ravagés, il ne suffit pas de les réparer. Selon Dieu, toutes choses doivent devenir nouvelles (2 Co 5.17).

Voilà la beauté du salut par la foi en Jésus. Il est mort sur la croix comme sacrifice pour notre péché et est ressuscité des morts afin de démontrer sa puissance sur le péché et la mort. Par conséquent, selon la perspective divine, la foi en l’œuvre de Christ fait de nous une nouvelle création , la nouvelle vie remplace l’ancienne (2 C0 5.17). Notre Père céleste voit chacun de ceux qui a mis sa foi en Christ comme pur, en vertu de Jésus et de son œuvre sur la croix.

Le péché nous a tellement ravagés que nous ne pouvons nous réparer. Nous devons croire en Jésus comme Sauveur et le laisser nous donner une vie nouvelle. — Dave Branon

Seul Jésus peut nous donner une nouvelle vie.

*****

 

Editeur: Ministères Notre Pain Quotidien

Site web: www.ministeresnpq.org


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
red care w*
  Signets bo
  Crédits Photos    
tampon bo 400