npq ligne w

 

12 np dec 2016w

1er décembre • Lisez > Hébreux 4.14-16

Contrer une accoutumance

Dieu [...] est fidèle.
1 Corinthiens 10.13

Eric combattait une accoutumance, et il le savait. Ses amis et sa famille l'incitaient à y mettre fin. Il reconnaissait que ce serait préférable pour sa santé et ses relations, mais il s'en sentait incapable. Lorsque d'autres personnes lui racontaient comment elles étaient parvenues à se défaire de leurs mauvaises habitudes, il leur répondait: «J'en suis heureux pour vous, mais je semble en être incapable ! J'aurais aimé ne jamais avoir été tenté pour commencer. Je veux que Dieu m'enlève ce désir dès maintenant.»

Il se peut que certains connaissent une délivrance immédiate, mais la plupart ont un combat à mener jour après jour. Même si nous ne comprenons pas toujours pourquoi la tentation ne disparaît pas, nous pouvons nous tourner vers Dieu en toute situation. Et il se peut que ce soit l'élément le plus important de notre lutte. Nous apprenons à troquer nos efforts futiles contre une dépendance complète envers Dieu.

Jésus a été tenté lui aussi, exactement comme nous le sommes, si bien qu'il comprend ce que nous ressentons (Mc 1.13). Il compatit à nos difficultés (Hé 4.15), et nous pouvons «[nous approcher] avec assurance du trône de la grâce, afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins» (v. 16). Il se sert également des autres, y compris de professionnels, sur qui nous appuyer chemin faisant. Peu importent nos combats, sachons que Dieu nous aime bien plus que nous l'imaginons et qu'il ne manquera pas de nous secourir. —A.M.C.

On n'est pas tenté parce que l'on est mauvais; on l'est parce que l'on est humain.

*****

2 décembre • Lisez > 1 Timothée 6.6-10

S'égarer

Car l'amour de l'argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés.
1 Timothée 6.10

Une étude en ligne menée par un cabinet d'avocats de New York a révélé que 52 p. cent des opérateurs, des courtiers et des placeurs de Wall Street et des autres professionnels des services financiers ont participé à des activités illégales ou croient en venir peut-être à devoir le faire pour réussir dans leur domaine. Les meneurs de cette étude en ont conclu que ces leaders financiers «ont perdu leur boussole morale» et «perçoivent la corruption comme un mal nécessaire».

En encadrant le jeune Timothée, l'apôtre Paul l'a prévenu que l'amour de l'argent et le désir de s'enrichir en avaient conduit certains à s'égarer. Ils avaient cédé à des tentations et s'étaient livrés à de nombreux «désirs insensés et pernicieux» (1 Ti 6.9). Paul a donc considéré «l'amour de l'argent» (et non l'argent en soi) comme une source de «tous les maux» (v. 10), surtout le mal qui consiste à mettre sa confiance dans l'argent plutôt que de dépendre de Christ.

En apprenant à voir en Christ la source de tout ce que nous avons, nous puiserons le contentement en lui plutôt que dans les biens matériels. Si nous recherchons la piété plutôt que les richesses, nous aurons le désir d'user de fidélité envers ce que nous avons reçu.

Cultivons donc volontairement une attitude de contentement en Dieu et soumettons-nous fidèlement à lui, car notre Pourvoyeur prendra bien soin de nous. —M.L.W.

Aimer l'argent revient à perdre de vue la Source de la vie.

*****

3 décembre • Lisez > Lisez: Psaume 73

Dans quel camp êtes-vous ?

Pour moi, m'approcher de Dieu, c est mon bien
Psaume 73.28

Au cœur de la guerre de Sécession, un des conseillers du président Lincoln a déclaré qu'il était reconnaissant de ce que Dieu prenait le parti de l'Union. Ce à quoi Lincoln a répondu: «Monsieur, ce qui m'intéresse, ce n'est pas de savoir si Dieu est dans notre camp, ma plus grande préoccupation, c'est d'être dans celui de Dieu, car Dieu a toujours raison.»

Quel grand défi à relever pour nous qui présumons que Dieu est là pour appuyer nos projets, nos perspectives, nos décisions et nos désirs ! Reste que la réponse de Lincoln nous rappelle qu'il se peut que nos meilleurs projets ne se rapprochent même pas des désirs de Dieu.

Selon ses supplications, il est évident que le psalmiste désire être dans le camp de Dieu «Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur ! [...] Regarde si je suis sur une mauvaise voie, et conduis-moi sur la voie de l'éternité» (Ps 139.23,24). Lorsque nous suivons l'exemple du psalmiste en nous «[approchant] de Dieu» (73.28), nous pouvons avoir l'assurance d'être dans son camp, tandis que son Esprit nous aide à mesurer chacune de nos pensées et de nos actions selon ses voies, qui sont toujours les bonnes.

Ainsi, posons-nous la question: Sommes-nous dans le camp du Seigneur ? Être dans son camp revient à refléter son amour envers le monde qui nous entoure dans nos interactions avec les autres. Nous pardonnerons, nous traiterons les autres de manière juste et nous rechercherons la paix. Les voies de Dieu sont toujours les meilleures. —J.M.S.

En s'approchant de Dieu, on a l'assurance d'être dans son camp.

*****

4 décembre • Lisez > Luc 19.1-10

Appelé par son nom

Jésus [...] leva les yeux et lui dit: Zachée, hâte-toi de descendre; car il faut que je demeure aujourd'hui dans ta maison.
Luc 19.5

Au début de l'année scolaire, la directrice d'une école de notre ville s'est engagée à apprendre le nom de chacun des 600 élèves de son établissement. Quiconque doutait de sa capacité ou de sa détermination à y parvenir n'avait qu'à consulter son rendement antérieur pour en être convaincu. Au cours de l'année précédente, elle avait appris le nom de 700 élèves, et antérieurement, celui de 400 enfants d'une autre école. Réfléchissez à ce que cela devait représenter pour ces élèves de se faire reconnaître et saluer par leur nom.

L'histoire de Zachée et de Jésus (Lu 19.1-10) renferme un élément étonnant relatif à la reconnaissance de soi. Tandis que Jésus traversait la ville de Jéricho, un riche percepteur d'impôts du nom de Zachée a grimpé dans un arbre afin de le voir. «Lorsque Jésus fut arrivé à cet endroit, il leva les yeux et lui dit: Zachée, hâte-toi de descendre, car il faut que je demeure aujourd'hui dans ta maison» (v. 5). Au lieu de faire fi de Zachée ou de lui dire «Hé ! toi dans l'arbre», Jésus l'a appelé par son nom. Dès cet instant, sa vie s'est mise à changer.

Si vous avez l'impression que personne ne vous connaît ou ne s'intéresse à vous, rappelez-vous Jésus. Il nous connaît par notre nom et désire ardemment que nous le connaissions personnellement. Notre Père céleste nous voit par les yeux de l'amour et s'intéresse au moindre détail de notre vie. — D.C.M.

Jésus vous connaît par votre nom et désire ardemment que vous le connaissiez.

*****

5 décembre • Lisez > 1 Jean 4.7-12

Jeu d'échecs humain

Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres; car l'amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu.
1 Jean 4.7

Le jeu d'échecs est un jeu de stratégie qui remonte à l'Antiquité. Chaque joueur commence avec en sa possession seize pièces disposées sur un échiquier et cherche à coincer le roi de son adversaire. Ce jeu a pris différentes formes au fil des ans. Une d'elles correspond au jeu d'échecs humain, que Charles Martel, le duc d'Austrasie, a inventé en l'an 735. Martel y jouait sur des échiquiers géants en employant de vraies personnes comme pièces. Ces pièces humaines portaient sur l'échiquier des vêtements reflétant leur statut et s'y déplaçaient au gré des joueurs - qui les manipulaient à leurs propres fins.

Se pourrait-il que nous options parfois pour cette version humaine du jeu d'échecs ? Il se peut fort bien que nous cherchions à atteindre nos objectifs avec une telle détermination que les gens ne deviennent plus que de simples pions destinés à nous les faire réaliser. La Bible nous appelle toutefois à percevoir différemment les gens qui nous entourent. Nous devons considérer les gens comme ayant été créés à l'image de Dieu (Ge 1.26) et comme les objets de l'amour de Dieu (Jn 3.16), qui méritent d'obtenir le nôtre aussi.

L'apôtre Jean a écrit: «Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres , car l'amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu» (1 Jn 4.7). Étant donné que Dieu nous a aimés le premier, nous devons lui rendre son amour et aimer les gens qu'il a créés à son image. —W.E.C.

Les gens sont faits pour être aimés, et non utilisés.

*****

6 décembre • Lisez > 2 Rois 5.1-15

Mieux qu'avant

[Sa] chair [de Naaman] redevint comme la chair d'un jeune enfant, et il fut pur.
2 Rois 5.14

Très jeunes, mes enfants avaient la peau presque parfaite. Elle était douce. Par ailleurs, ils n'avaient aucune sécheresse aux coudes ni corne aux pieds. Leur peau neuve contrastait avec la mienne, sur laquelle le passage des ans avait laissé diverses cicatrices et callosités.

Il se peut qu'en tant que puissant guerrier et que commandant de l'armée syrienne, Naaman ait eu la peau éraflée et qu'il ait porté des cicatrices de bataille, mais il était atteint aussi d'une grave maladie de la peau, la lèpre. Lorsqu'un serviteur lui a laissé entendre que le prophète Élisée pourrait le guérir, Naaman s'est rendu auprès de lui. Après qu'il ait suivi les instructions d'Elisée, sa peau morte est devenue «comme la chair d'un jeune enfant» (2 R 5.14). Or, cette guérison a amélioré le sort de Naaman tant sur le plan physique que spirituel, car après avoir été guéri, il a déclaré «Voici, je reconnais qu'il n'y a point de Dieu sur toute la terre, si ce n'est en Israël» (v. 15). Par ce miracle, il a découvert qu'il n'y a qu'un seul Dieu (1 Co 8.6).

À l'instar de Naaman, il nous est possible de tirer d'importantes leçons de nos expériences de vie au sujet de Dieu. Il se peut que de recevoir une bénédiction nous révèle sa miséricorde et sa bonté (Mt 7.11). Le fait de survivre à une épreuve ou de la subir peut nous aider à voir que Dieu suffit à tous nos besoins et se préoccupe de nous. Celui de croître dans la connaissance de notre Seigneur (2 Pi 3.18) améliorera toujours notre état spirituel. —J.B.S.

Les leçons portant sur Dieu sont ancrées dans les expériences de la vie.

*****

7 décembre • Lisez > Hébreux 10.19-25

La race de Johnny

C'est pourquoi exhortez-vous réciproquement, et édifiez-vous les uns les autres.
1 Thessaloniciens 5.11

Lorsque le jeune Johnny Agar de 19 ans a terminé la course de 5 km, beaucoup de gens le suivaient, des membres de sa famille et des amis qui célébraient sa réalisation.

Johnny souffre de sclérose en plaques, ce qui rend l'activité physique difficile. Lui et son père, Jeff, ont cependant fait équipe ensemble afin de participer à plusieurs courses. Papa poussait et Johnny se faisait pousser. Un jour, Johnny a toutefois voulu terminer la course par lui-même. À mi-chemin, son père l'a sorti de la voiturette, l'a aidé à s'installer à son marcheur et a prêté main-forte à Johnny pour qu'il achève la course sur ses propres jambes. Cela a conduit à une grande célébration, tandis que ses amis et sa famille l'encourageaient à s'accomplir. À ce sujet, Johnny a déclaré à un journaliste: «Ça m'a facilité les choses de les avoir derrière moi. Ce sont les encouragements qui me poussaient de l'avant.»

N'est-ce pas ce que les disciples de Christ sont censés faire ? La Bible nous rappelle:
« Veillons les uns sur les autres, pour nous inciter à l'amour et aux bonnes œuvres »
(Hé 10.24). En manifestant l'amour du Sauveur (Jn 13.34,35), imaginez tout ce que nous pourrions changer si nous nous mettions tous à nous encourager entre nous, si nous savions toujours avoir derrière nous un groupe d'amis pour nous encourager. Si nous prenions au sérieux la parole «exhortez-vous réciproquement, et édifiez-vous les uns les autres» (1 Th 5.11), notre course s'en trouverait facilitée. —J.D.B.

Un mot d'encouragement peut faire la différence entre baisser les bras et continuer.

*****

8 décembre • Lisez > Luc 19.28-40

Les pierres crieront !

Je vous le dis, s'ils se taisent, les pierres crieront !
Luc 19.40

Chaque année, il semble que Noël se commercialise de plus en plus. Même parmi les nations où la majorité des gens se disent «chrétiens», il évoque plus les emplettes que l'adoration. Les pressions exercées sur nous pour nous faire acheter des cadeaux et organiser de grandes fêtes nous donnent de plus en plus de fil à retordre pour rester centrés sur le véritable sens de la fête: la naissance de Jésus, le Fils unique de Dieu, le Sauveur du monde.

Reste que, chaque année, j'entends également l'Évangile être proclamé dans des lieux étonnants, là même où l'on commercialise ainsi Noël: les centres commerciaux. Lorsque j'entends «Il est né le divin Enfant, chantons tous son avènement» en public, je me rappelle les paroles que Jésus a adressées aux pharisiens qui lui demandaient de faire taire la foule qui l'acclamait. Ce à quoi Jésus a répondu «Je vous le dis, s'ils se taisent, les pierres crieront !» (Lu 19.40.)

À Noël, nous entendons les pierres crier. Même les gens spirituellement morts chantent des cantiques que des chrétiens morts depuis longtemps ont composés, nous rappelant que peu importe tout le mal que les gens se donnent pour faire taire le vrai message de Noël, ils n'y parviendront jamais.

En dépit de la commercialisation qui menace de brouiller le message de la naissance de Christ, Dieu fera connaître sa Bonne Nouvelle jusqu'aux confins de la terre. —J.A.L.

Garder Christ hors de Noël est aussi futile que de chercher à endiguer la marée.

*****

9 décembre • Lisez > Deutéronome 6.4-9

Notre vie est un manuel

Tu les inculqueras à tes enfants [...] quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras.
Deutéronome 6.7

Le manuel «The New England Primer» a été publié vers la fin des années 1900. Partout dans les colonies qui allaient devenir plus tard les États-Unis, ce livre est devenu une ressource grandement utilisée.
Ce très ancien manuel américain, inspiré surtout de la Bible, comportait des images et des rimes servant à aider les enfants à apprendre à lire. Il renfermait également des prières comme celle-ci . «Maintenant que je vais me coucher, je prie le Seigneur sur mon sommeil de veiller. Si dans mon sommeil je devais mourir, je prie le Seigneur mon âme de recueillir.»

Dans l'Amérique coloniale, cela est devenu le moyen par lequel une certaine génération a pu transmettre sa foi à la suivante. Or, cela correspondait aussi à ce que Dieu voulait de son peuple, les Israélites de l'Antiquité, comme la Bible l'indique «Et ces commandements, que je te donne aujourd'hui, seront dans ton cœur. Tu les inculqueras à tes enfants, et tu en parleras [...] quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras» (De 6.6,7).

Tandis que nous parlons de la personne de Dieu, de ce qu'il a accompli pour nous et de son désir ardent d'obtenir notre amour et notre obéissance, notre vie peut devenir le livre élémentaire de la génération suivante. Nous pouvons enseigner des outils dont Dieu se servira pour aider les gens à cheminer à ses côtés. —H.D.F.

En enseignant aux autres, on ne fait pas que passer le temps, on l'investit.

*****

10 décembre • Lisez > Job 38.1-11

Les merveilles du coeur

Dès le ventre de ma mère je m'appuie sur toi.
Psaume 71.6

Notre cœur bat à un rythme d'environ 100 000 battements par jour, injectant ainsi du sang dans chacune des cellules de notre corps. Cela totalise environ 35 millions de battements par année et 2,5 milliards de battements au cours d'une vie moyenne. La médecine nous indique que toute contraction est semblable à l'effort qu'il faudrait déployer pour tenir une balle de tennis dans la paume de sa main et la serrer bien fort.

Pourtant, aussi étonnant que notre cœur puisse être, il ne constitue qu'un seul exemple du monde naturel créé pour nous révéler quelque chose au sujet de notre Créateur. Voilà l'idée qui sous-tend l'histoire d'un homme du nom de Job.

Brisé par une montagne de problèmes. Job s'est senti abandonné. Lorsque Dieu a fini par lui parler, il n'a pas dit à Job pourquoi celui-ci souffrait. Le Créateur ne lui a pas dit non plus qu'un jour il souffrirait pour lui. Au lieu de cela, il a attiré l'attention de Job sur une série de merveilles naturelles qui ne cessent de nous murmurer et parfois de nous crier, une sagesse et une puissance de beaucoup supérieures aux nôtres (Job 38.1-11).

Quelles leçons pouvons-nous donc tirer de la complexité de ce muscle acharné au travail qu'est le cœur ? Il se peut que le message soit semblable au son des vagues léchant le rivage et aux étoiles qui scintillent silencieusement dans le ciel nocturne. La puissance et la sagesse de notre Créateur nous donnent raison de mettre notre foi en lui. —M.R.D.

Le pouvoir de la création de Dieu nous démontre celui de son amour pour nous. 

*****

11 décembre • Lisez > Ésaïe 11.9

Un serpent dans une boîte

[La] terre sera remplie de la connaissance de l'Éternel.
Ésaïe 11.9

Dans un centre d'interprétation de la nature, j'ai regardé la fillette aux joues roses de mon amie taper le côté d'une grande cage de verre. À l'intérieur se trouvait une couleuvre à nez mince du nom de Billy qui rampait lentement en fixant la fillette du regard. Billy, qui avait le corps aussi épais que mon avant-bras, portait des marques marron et jaunes. Même si je savais que Billy ne pouvait s'échapper de sa cage, de voir une créature aussi menaçante à proximité d'un petit enfant me donnait la chair de poule.

La Bible parle d'un moment où de féroces animaux ne constitueront plus une menace les uns pour les autres ni pour les êtres humains «Le loup habitera avec l'agneau» et «Le nourrisson s'ébattra sur l'antre de la vipère» (Es 11.6,8). Tous les habitants de la terre vivront en parfaite harmonie et paix.

Le Seigneur établira ce milieu sûr lorsqu'il restaurera le monde par sa sagesse, sa puissance et sa connaissance. Il jugera alors le monde avec droiture et justice (11.4). Et tous reconnaîtront sa grandeur «[La] terre sera remplie de la connaissance de l'Étemel» (11.9).

Nous vivons dans un monde brisé. L'injustice et la mésentente, la peur et la douleur font partie intégrante de notre quotidien. Un jour. Dieu changera cependant tout, et dès lors
" lèvera le soleil de la justice, et la guérison sera sous ses ailes » (Ma 4.2). Jésus régnera alors sur le monde avec justice. —J.B.S.

Laissez la justice finale entre les mains d'un Dieu juste.

*****

12 décembre • Lisez > Psaume 91.9-16

Bien au chaud

Je me couche et je m'endors en paix, car toi seul, ô Éternel ! tu me donnes la sécurité dans ma demeure.
Psaume 4.9

Lorsque j'étais enfant, ma famille vivait dans une maison que mon père avait bâtie dans une forêt de cèdres située à l'ouest de Duncanville, au Texas. Notre maison comportait une petite aire de cuisine, deux chambres à coucher et une grande salle munie d'un imposant foyer de pierres dans lequel nous brûlions des bûches longues de plus d'un demi-mètre. Ce foyer constituait le cœur chaleureux de notre maison.

Notre famille comptait cinq personnes mon père et ma mère, ma sœur, mon cousin et moi. Comme nous n'avions que deux chambres à coucher, je dormais toute l'année sous un porche muni de bâches qui se déroulaient jusqu'au sol. Les étés étaient formidables, les hivers étaient froids.

Je me rappelle que je quittais la chaleur du salon pour le froid du porche, en traversant à la course sur la pointe de mes pieds nus le plancher givré de ce dernier, avant de sauter dans mon lit pour m'y réfugier sous une montagne de couvertures. Lorsque la grêle ou la neige s'abattait contre notre maison et que le vent hurlait entre les avant-toits comme une meute de loups, je me blottissais à l'abri pour y dormir bien au chaud. Je doute qu'un autre enfant se soit déjà senti autant au chaud et en sécurité.

Je connais maintenant la plus grande sécurité de toutes: Dieu lui-même. «Je me couche et je m'endors en paix» (Ps 4.9), sachant qu'il est mon refuge, à l'abri des tempêtes de la vie, chaudement enveloppé dans son amour. —D. H. R

Je me couche et je m'endors en paix, car toi seul, ô Éternel ! tu me donnes la sécurité dans ma demeure. —Psaume 4.9

Personne n'est plus en sécurité que dans la main de Dieu.

*****

13 décembre • Lisez > Matthieu 1.18-25

Un autre héros de Noël

Joseph, son époux, qui était un homme de bien et qui ne voulait pas la diffamer, se proposa de rompre secrètement avec elle.
Matthieu 1.19

Pendant la majeure partie de ma vie, l'importance du rôle que Joseph a joué dans l'histoire de Noël m'a échappé. Cependant, lorsque je suis moi-même devenu mari et père, j'ai apprécié davantage à sa juste valeur le doux caractère de Joseph. Avant même de savoir comment Marie était tombée enceinte, il a décidé de refuser de la mettre dans l'embarras ou de la punir pour ce qui semblait être une infidélité (Mt 1.19).

Son obéissance et son humilité m'émerveillent, car il a non seulement fait ce que l'ange lui avait demandé (v. 24), mais encore il s'est privé d'être intime avec Marie avant la naissance de Jésus (v. 25). Nous apprenons plus tard que Joseph était prêt à fuir sa maison pour protéger Jésus (2.13-23).

Imaginez les pressions que Joseph et Marie ont dû subir lorsqu'ils ont appris qu'ils allaient devoir élever Jésus et prendre soin de lui ! Imaginez la complexité et les pressions associées à la vie de tous les instants avec le Fils de Dieu, un appel constant à la sainteté par sa présence même. Quel homme Joseph devait être pour que Dieu lui confie pareille tâche ! Quel merveilleux exemple à suivre, que nous élevions nos propres enfants ou ceux des autres qui nous sont maintenant confiés !

Puisse Dieu nous accorder la force de nous montrer fidèles comme Joseph, même si nous ne saisissons pas entièrement le plan de Dieu à notre égard. —R.K.

Le secret du vrai service réside dans la fidélité absolue là où Dieu nous place.

*****

14 décembre • Lisez > Ésaïe 7.10-15

Une naissance particulière

Voici, la vierge deviendra enceinte, elle enfantera un fils, et elle lui donnera le nom d'Emmanuel.
Ésaïe 7.14

Dans les pages de la Bible, plusieurs bébés mâles se distinguent des autres. Caïn, le premier à naître après la création. Isaac, l'espoir d'Israël. Samuel, la réponse a la prière fervente d'une mère. Tous extrêmement importants. Tous attendus avec joie. Et tous décrits exactement de la même manière par les chroniqueurs scripturaires : dans chaque cas, on nous dit que la mère a conçu et a donné naissance à un fils (Ge 4.1 ,21.2,3 , 1 S 1.20).

Envisagez maintenant la naissance d'un autre bébé mâle, dont on a décrit l'arrivée beaucoup plus en détail : quelques mots n'auraient nettement pas suffi à raconter la naissance de Jésus. Dans Michée, on nous dit où il naîtrait: Bethléhem (5.2). Dans Ésaïe, on nous révèle que sa mère serait vierge (7 14) et qu'il viendrait pour sauver son peuple de ses péchés
(ch. 53).

Dans le Nouveau Testament, on nous procure des renseignements clés comme ce que serait son nom et pourquoi on le nommerait ainsi (Mt 1.21), où il est né conformément à la prophétie (2.6) et quels rôles sa mère biologique et son père adoptif ont joués dans le plan de Dieu (1.16).

La naissance de Jésus est supérieure à toutes les autres naissances. Sa venue a transformé le monde et peut transformer notre vie. Célébrons-le donc ! —J.D.B.

Christ est le cadeau le plus merveilleux que l'homme a reçu.

*****

15 décembre • Lisez > Deutéronome 4.1-9

Des économes de leur histoire

[Prends] garde à toi [...] de peur que tu n'oublies les choses que tes yeux ont vues [...] enseigne-les à tes enfants et à tes petits-enfants.
Deutéronome 4.9

Beaucoup de gens veillent par tous les moyens à ce que leurs ressources soient bien utilisées après leur mort. Ils établissent des fonds en fiducie, ils rédigent des testaments et ils créent des fondations visant à garantir que leurs biens continueront de servir à de bonnes fins après leur passage ici-bas. Voilà ce que l'on appelle être un bon économe. [Prends] garde à toi [...]

Ce qui est cependant tout aussi important, c'est d'être de bons économes de l'histoire de notre vie. Dieu a ordonné aux Israélites non seulement d'enseigner ses lois à leurs enfants, mais aussi de veiller à ce que ces derniers connaissent leur histoire familiale. Il incombait aux parents et aux grands-parents de veiller à ce que leurs enfants sachent comment Dieu avait œuvré en leur faveur (De 4.1-14).

Dieu nous a confié une histoire unique. Il a personnalisé son plan pour notre vie. Les autres savent-ils en quoi vous croyez et pourquoi ? Connaissent-ils l'histoire de votre venue à la foi et savent-ils comment Dieu a œuvré dans votre vie pour affermir votre foi ? Savent-ils combien Dieu s'est montré fidèle envers vous et vous a aidé à surmonter vos doutes et vos déceptions ?

La fidélité de Dieu correspond à l'histoire que nous avons le privilège de transmettre à d'autres. Assimilez-la d'une manière ou d'une autre et partagez-la. Soyez un bon économe de l'histoire que Dieu raconte par votre intermédiaire. —J.A.L.

Une vie vécue pour Dieu laisse un legs durable.

*****

16 décembre • Lisez > Luc 2.6-14

Noël Ukrainien

Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et paix sur la terre parmi les hommes qu'il agrée !
Luc 2.14

Les Ukrainiens incluent de nombreux éléments merveilleux dans leur observance de Noël. On place parfois des fétus de paille sur la table du soir pour rappeler l'étable de Bethléhem. Une autre partie de leurs célébrations évoque les événements qui se sont déroulés la nuit où le Sauveur est entré dans le monde. Ils offrent une prière de Noël, puis le père de famille déclare : "Christ est né !" La famille lui répond alors : «Glorifions-le donc !»

Ces paroles attirent mon attention sur l'apparition des anges dans le ciel de Bethléhem la nuit où Christ est né. Les anges du Seigneur ont annoncé:«[C'est] qu'aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur " (Lu 2.11). L'armée céleste lui a répondu «Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et paix sur la terre parmi les hommes qu'il agrée !» (v. 14.)

Ces messages jumeaux donnent énormément de profondeur à la signification de ce merveilleux temps de l'année. Le Sauveur est venu nous apporter le pardon et l'espoir - et il mérite toute l'adoration que nous pouvons lui procurer.

Que tous ceux qui connaissent le merveilleux don de la vie éternelle se joignent aux voix de cette armée céleste pour déclarer: «Gloire à Dieu dans les lieux très hauts [...] !» —W.E.C.

La gloire spectaculaire de l'amour de Dieu pour nous s'est révélée dans la venue de Jésus.

*****

17 décembre • Lisez > Jean 15.9-17

Une oeuvre en progression

Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.
2 Pierre 3.18

On a considéré Pablo Casals comme le plus grand violoncelliste de la première moitié du XXe siècle. Comme il jouait encore au seuil de devenir centenaire, un jeune journaliste lui a demandé «Monsieur Casais, vous avez 95 ans et vous êtes le plus grand violoncelliste que la terre ait porté. Pourquoi vous exercez-vous encore six heures par jour ?»

À cela, M. Casais a répondu «Parce que je crois être encore en train de m'améliorer.»

Quelle formidable attitude ! En tant que croyants en Christ, nous ne devrions jamais nous contenter de penser que nous avons atteint le sommet de la réussite spirituelle d'une façon ou d'une autre, mais continuer plutôt de «[croître] dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ» (2 Pi 3.18). Jésus nous rappelle dans Jean 15.16 qu'il nous a choisis pour que nous allions et que nous portions du fruit. Une saine croissance consiste à porter du fruit spirituel tout au long de notre vie. Voici ce que notre Seigneur nous promet: « Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire» (v. 5).

Dans une progression stable et fidèle vers la ressemblance de plus en plus grande de celui que nous aimons et servons, nous pouvons avoir l'assurance que celui qui a commencé en nous «une bonne œuvre» l'achèvera le jour de son retour (Ph 1.6). —C.H.K.

L'œuvre invisible de Dieu dans notre cœur produit des fruits dans notre vie.

*****

18 décembre • Lisez > 1 Samuel 18.1-4; 23.15-18

Mes amis et moi

Jonathan fit alliance avec David, parce qu'il l'aimait comme son âme.
1 Samuel 18.3

Jean Chrysostome (347-407), l'archevêque de Constantinople, a dit ceci au sujet de l'amitié «Ainsi va l'amitié, elle nous fait aimer les lieux et les saisons, car comme [...] les fleurs laissent tomber leurs douces feuilles au sol autour d'elles, ainsi les amis procurent des faveurs là même où ils résident.»

Jonathan et David illustrent la douceur d'une véritable amitié. La Bible rapporte le lien intime et immédiat qui les a unis l'un à l'autre (1 S 18.1). Ils ont entretenu leur amitié en démontrant leur loyauté l'un envers l'autre (18.3 , 20.16,42 , 23.18) et ils l'ont nourrie en se préoccupant l'un de l'autre. Jonathan a fait des cadeaux à David (18.4) et a veillé sur lui durant plusieurs périodes difficiles (19.1,2,20.12,13).

Dans 1 Samuel 23.16, nous sommes les témoins du moment le plus fort de leur amitié. Lorsque David fuyait le père de Jonathan, «Jonathan, fils de Saül, se leva et alla vers David dans la forêt. Il fortifia sa confiance en Dieu.» Les amis nous aident à puiser notre force en Dieu lorsque nous touchons le fond.

Dans un monde où la plupart des relations sont intéressées, soyons le genre d'amis qui se concentrent sur ce qu'ils peuvent donner. Jésus, notre Ami parfait, a démontré pour nous qu'il «n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis» (Jn 15.13). —P.F.C.

La gloire de la vie, c'est aimer, et non être aimé;
donner, et non obtenir; servir, et non être servi.

*****

19 décembre • Lisez > 1 Timothée 1.12-17

Le cœur de Noël

[La] grâce de notre Seigneur a surabondé, avec la foi et l'amour qui est en Jésus-Christ.
1 Timothée 1.14

Le roman de Charles Dickens intitulé «Un conte de Noël» a paru le 19 décembre 1843 et n'a jamais été en rupture de stock. Il raconte l'histoire d'Ebenezer Scrooge, un homme riche, amer et mesquin qui dit que « tout idiot qui se promène par ici avec sur les lèvres un «Joyeux Noël» serait enterré avec un pieu dans le cœur » s'il n'en tenait qu'à lui. La veille d'un certain Noël, Scrooge est toutefois radicalement changé en un homme généreux et heureux. Avec beaucoup d'humour et de perspicacité, le livre de Dickens capture le désir universel de paix intérieure.

Dans sa jeunesse, l'apôtre Paul s'est opposé à Jésus et à ses disciples avec un esprit vengeur. «Il ravageait l'Église, pénétrant dans les maisons, il en arrachait hommes et femmes, et les faisait jeter en prison» (Ac 8.3). Mais un jour, il a rencontré le Christ ressuscité et sa vie a pris une tout autre tournure (9.1-16).

Dans une lettre envoyée à Timothée, son fils dans la foi, Paul a décrit l'événement qui a transformé sa vie en disant, même si c'était «un blasphémateur, un persécuteur, un homme violent [...] la grâce de notre Seigneur a surabondé, avec la foi et l'amour qui est en Jésus-Christ» (1 Ti 1.13,14).

Jésus est né dans notre monde et a donné sa vie afin que nous puissions être pardonnés et transformés par la foi en lui. Voilà le cœur de Noël ! —D.C.M.

Le changement de conduite a pour commencement la transformation de notre cœur par Jésus.

*****

20 décembre • Lisez > Jean 14.12-21

Au nom de Jésus

Jusqu'à présent vous n'avez rien demandé en mon nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite.
Jean 16.24

Les photos d'un certain repas en famille comptent parmi mes collections préférées. Conservées dans un album se trouvent les images de papa, de ses fils et leurs épouses, ainsi que de ses petits-enfants durant une période d'actions de grâces et d'intercession.

Papa avait subi une série de crises d'apoplexie et n'était pas aussi loquace que d'habitude. Durant ce temps de prière, je me rappelle néanmoins l'avoir entendu dire avec conviction: «Nous prions au nom de Jésus !» Environ un an plus tard, papa quittait ce monde pour entrer en présence de celui en qui il avait mis une telle foi.

Jésus nous a enseigné à prier en son nom. La veille au soir de sa crucifixion, il a fait une promesse à ses disciples «Jusqu'à présent vous n'avez rien demandé en mon nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite» (Jn 16.24). Cette promesse ne constitue toutefois pas un chèque en blanc pour obtenir tous nos caprices.

Plus tôt ce soir-là, Jésus a indiqué qu'il répond aux requêtes faites en son nom qui glorifient le Père (Jn 14.13). Et en soirée, Jésus a lui-même prié avec angoisse . «Mon Père, s'il est possible, que cette coupe s'éloigne de moi !» (Mt 26.39.)

En priant Jésus, nous nous soumettons à la sagesse, à la souveraineté et à l'amour de Dieu, et nous demandons avec assurance «en [son] nom». —H.D.F.

Rien n'est hors de portée de la prière, sinon ce qui est hors de la volonté de Dieu.

*****

21 décembre • Lisez > Hébreux 9.11-22

Au bon moment

Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir.
Hébreux 9.11

Le chef d'orchestre est monté sur la scène, en balayant la chorale et les musiciens du regard. Les chanteurs ont organisé les feuilles dans leur chemise et ont adopté une posture debout confortable en tenant leur chemise de manière à voir le chef juste au-dessus. Les membres de l'orchestre ont déposé leurs partitions sur leur lutrin, se sont installés à leur aise sur leur chaise, puis s'y sont immobilisés. Le chef a attendu de voir si tout le monde était prêt. Puis, d'un signe de sa baguette, il a fait envahir la cathédrale de l'ouverture du classique
" Le Messie", de Haendel.

Les sons qui m'enveloppaient m'ont imprégné de Noël , lorsque Dieu, juste au bon moment, a donné le signe de départ et a ainsi commencé l'ouverture débutant par la naissance du Messie, le «souverain sacrificateur des biens à venir» (Hé 9.11).

Chaque Noël, tandis que nous célébrons la première venue de Christ par une musique glorieuse, je me rappelle que le peuple de Dieu, comme la chorale et les membres de l'orchestre, s'apprête à recevoir le prochain signe du chef d'orchestre qui déclenchera la prochaine venue de Christ. Ce jour-là, nous participerons avec lui au mouvement final de la symphonie rédemptrice de Dieu - qui rendra toute chose nouvelle (Ap 21.5). Avec anticipation, nous devons garder les yeux fixés sur le chef d'orchestre et veiller à nous tenir prêts. —J.A.L.

L'avent de Christ célèbre sa naissance et anticipe son retour.

*****

22 décembre • Lisez > Philippiens 2.5-11

Rappelez-vous l'emballage

[Mais] il [Jésus] s'est dépouillé lui-même [...] en devenant semblable aux hommes.
Philippiens 2.7

Chez moi, certaines choses se reproduisent chaque année à Noël. Parmi elles se trouve l'exhortation que ma femme, Martie, adresse à nos enfants et à nos petits-enfants lorsqu'ils s'attaquent à leurs cadeaux «Conservez le papier d'emballage pour que nous le réemployions l'année prochaine !» Martie se plaît à offrir de beaux cadeaux, mais l'emballage lui plaît également. La présentation fait partie de la beauté du cadeau.

Cela me rappelle l'emballage que Christ a choisi en venant sous forme de cadeau rédempteur pour nous sauver de notre propre état de pécheur. Jésus aurait pu s'envelopper dans un déploiement ahurissant de pouvoir et illuminer le ciel de sa présence dans un spectacle de gloire céleste. Au lieu de cela, dans un splendide renversement de Genèse 1.26, il a choisi de s'envelopper dans la similitude avec les hommes (Ph 2.7).

En quoi cet emballage est-il donc si important ? Parce que, comme il est semblable à nous, il n'est pas étranger à nos combats. Il a connu une solitude écrasante et la trahison d'un ami intime. On l'a humilié en public, mal interprété et faussement accusé. Bref, il ressent notre douleur. Résultat: l'auteur de l'épître aux Hébreux nous dit: « Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins » (Hé 4.16).

Tandis que vous réfléchissez au cadeau de Jésus, ce Noël, n'oubliez pas de garder «l'emballage» à l'esprit ! —J.M.S.

Ne méprisez pas l'emballage du meilleur de tous les cadeaux de Noël.

*****

23 décembre • Lisez > 2 Corinthiens 9.10-15

Ce qui compte réellement

Grâces soient rendues à Dieu pour son don merveilleux !
2 Corinthiens 9.15

Lorsque nos enfants vivaient à la maison, une de nos traditions du matin de Noël parmi celles qui nous tenaient le plus à cœur était des plus simples. Nous réunissions la famille autour de l'arbre de Noël, et à la vue des cadeaux que nous recevions les uns des autres, nous lisions ensemble l'histoire de Noël. C'était un doux rappel du fait que, si nous nous offrons des cadeaux, ce n'est pas parce que les rois mages ont apporté des présents à l'enfant Christ. Les cadeaux d'amour que nous nous offrions reflétaient plutôt le Cadeau infiniment plus grand que Dieu nous a fait de son amour.

Tandis que nous nous remémorions la scène bien connue des anges, des bergers et de l'étable, nous espérions que la magnitude de ce que Dieu avait fait lors de ce premier Noël éclipserait nos meilleures tentatives pour étaler notre amour les uns pour les autres.

Rien ne saurait égaler le présent que Dieu nous a fait en la personne de son Fils, une réalité qui fait écho aux paroles que Paul a adressées à l'Église de Corinthe «Grâces soient rendues à Dieu pour son don merveilleux !» (2 Co 9.15.)

Manifestement, le fait que Dieu ait été disposé à envoyer son Fils pour nous sauver est un cadeau que les mots ne peuvent nous faire comprendre entièrement. Voilà le cadeau que nous célébrons à Noël - car Christ est lui-même ce qui compte le plus. —W.E.C.

Jésus est le plus beau cadeau de Noël jamais donné.

*****

24 décembre • Lisez > Éphésiens 2.13-19

Paix durable

Car il est notre paix, lui qui des deux n'en a fait qu'un, et qui a renversé le mur de séparation.
Éphésiens 2.14

La veille de Noël 1914, durant la Première Guerre mondiale, les fusils se sont tus au front ouest sur une distance de 48 km. Les soldats sortaient prudemment le nez hors de leurs tranchées tandis que quelques-uns en sortaient pour réparer leurs postes et enterrer les morts. À la tombée de la nuit, certaines troupes allemandes ont installé des lanternes et ont entonné des cantiques de Noël. Des hommes dans le camp britannique se sont mis à les applaudir et à les saluer.

Le lendemain, les troupes allemandes, françaises et britanniques se sont réunies dans un
«no man's land» pour se serrer la main, se partager de la nourriture et s'échanger des cadeaux. Elles ont ainsi connu un court répit qui s'est terminé dès que l'artillerie et les mitraillettes ont été réactivées. Reste que tous ceux qui ont vécu «la trêve de Noël», comme on en est venu à la nommer, allaient toujours se rappeler ce qu'ils y avaient ressenti et combien cet événement avait nourri leur désir d'une paix durable.

Dans la prophétie du Messie qui vient, nous lisons: «[On] l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant. Père éternel. Prince de la paix» (És 9.5). En mourant sur la croix, Jésus a supprimé «le no man's land» entre nous et Dieu. «Car il est notre paix» (Ep 2.14).

En Jésus, nous pouvons connaître une paix durable avec Dieu et l'harmonie entre nous. Voilà le message transformateur de Noël ! —D.C.M.

La véritable paix se trouve uniquement en Christ.

*****

25 décembre • Lisez > Luc 2.15-20

Les odeurs de l'étable

[On] lui donnera le nom d'Emmanuel ce qui signifie Dieu avec nous.
Matthieu 1.23

Une étable ? Quel endroit pour donner naissance au Messie ! C'est en premier lieu des odeurs et des sons de basse-cour dont notre Sauveur a fait l'expérience en tant qu'être humain. Comme les autres bébés, il se peut même qu'il ait pleuré en entendant les animaux et les inconnus passer près de son berceau temporaire.

Si c'est le cas, ces larmes allaient être les premières de nombreuses autres. Jésus allait en venir à goûter au deuil et au chagrin humains, aux doutes que ses frères et sa famille entretiendraient à son sujet, ainsi qu'à la douleur que sa mère allait subir en le voyant être torturé et tué.

Toutes ces épreuves - et tant d'autres encore - attendaient le bébé qui cherchait le sommeil cette première nuit. Pourtant, dès ses premiers instants de vie, Jésus a été «Dieu avec nous» (Mt 1.23) et a su ce que c'était que d'être humain. Or, cette réalité allait se poursuivre pendant plus de trois décennies et prendre fin par la mort de Christ sur la croix.

Grâce à son amour pour vous et moi, Jésus s'est pleinement incarné. Par ailleurs, sa nature humaine lui permet de s'identifier à nous. Jamais plus ne pourrons-nous dire que personne ne nous comprend. Jésus nous comprend.

Que la lumière qui est entrée dans le monde cette nuit-là éclaire jusqu'aux plus sombres recoins de notre âme ce Noël, nous procurant la paix sur la terre dont les anges nous ont parlé il y a si longtemps ! —R.K.

Jésus nous comprend.

*****

26 décembre • Lisez > Jean 1.1-14

Dans le quartier

Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous.
Jean 1.14

C'était l'événement dont tout le monde parlait dans le quartier. Un célèbre footballeur venait d'y emménager, à deux maisons à peine de chez moi. Nous l'avions vu à la télévision et nous avions lu au sujet de sa grande compétence sur le terrain, mais nous n'aurions jamais cru qu'il choisirait de résider dans notre quartier. Au début, nous nous attendions à lui souhaiter la bienvenue dans le quartier et à tous devenir de grands amis. Cependant, sa vie était manifestement beaucoup trop remplie pour que qui que ce soit d'entre nous en vienne à le connaître personnellement.

Imaginez ! Jésus - le Dieu de l'univers et le Créateur de toutes choses a choisi de résider parmi nous ! Il a quitté le ciel au profit a terre. À ce sujet, Jean a dit «[Et] nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père» (Jn 1.14). Jésus a choisi d'interagir intimement avec tous ceux qui viendraient à lui. Plus important encore, le Saint-Esprit a maintenant élu résidence dans le cœur de ceux d'entre nous qui ont reçu son amour rédempteur, afin de les consoler, de les conseiller, de les convaincre, de les diriger et de les enseigner.

En réfléchissant à l'Enfant de l'étable, rappelez-vous combien il est extraordinaire que non seulement il ait emménagé dans notre « quartier », mais encore qu'il ait agi de la sorte afin de nous bénir en nous accordant les privilèges intimes de sa présence parmi nous. —J.M.S.

Profitez du don de la présence de Dieu.

*****

27 décembre • Lisez > Matthieu 2.13-21

Hors d'Égypte

Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Égypte.
Matthieu 2.13

Un jour que notre famille traversait l'Ohio en route vers chez ma grand-mère, nous sommes arrivés à Columbus au moment précis où l'on annonçait l'arrivée d'une tornade. Soudain, tout a changé, du fait que nous avons craint que nos enfants soient en danger.

Je mentionne cette histoire afin de nous aider à imaginer ce que cela a dû être pour la famille de Joseph lorsque Marie et lui se rendaient en Égypte avec leur jeune enfant. Hérode, et non une tornade, menaçait de tuer leur petit garçon. Imaginez un peu à quel point ils ont dû avoir peur, sachant qu'«Hérode [cherchait] le petit enfant pour le faire périr» (Mt 2.13).

Nous choisissons généralement d'entretenir une perception plus idyllique de Noël: des bêtes mugissantes et des bergers agenouillés dans un décor paisible. Reste que la famille de Jésus ne connaissait pas la paix, puisqu'elle tentait d'échapper aux horribles visées d'Hérode. Ce n'est que lorsqu'un ange lui a fait savoir qu'elle ne craignait rien en sortant d'Egypte pour revenir s'établir à Nazareth (v. 20-23) qu'elle a pu se détendre.

Réfléchissez à l'admiration que nous devrions avoir pour l'Incarnation. Jésus, qui jouissait de la majesté des cieux en partenariat avec le Père, a renoncé à tout pour naître dans la pauvreté, affronter d'innombrables dangers et se faire crucifier pour nous. Sortir d'Égypte, c'était une chose, mais quitter les cieux pour nous, voilà ce qu'il y a de plus extraordinaire et de plus étonnant dans cette histoire ! —J.D.B.

Jésus est venu sur la terre pour nous afin que nous puissions aller au ciel avec lui.

*****

28 décembre • Lisez > Romains 8.31-39

Jésus est-il encore là ?

[Rien] ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur.
Romains 8.38,39

La maison de Ted Robertson, au Colorado, compte parmi les 500 maisons et plus que l'incendie de Black Forest a détruites en juin 2013. Lorsqu'on lui a permis d'y retourner pour fouiller parmi les cendres et les décombres, il espérait y retrouver un précieux objet de famille que sa femme avait fabriqué : une minuscule figurine en céramique représentant l'enfant Jésus de la taille approximative d'un timbre poste. Tandis qu'il la cherchait parmi les ruines carbonisées de leur maison, il n'a cessé de se demander « L'enfant Jésus est-il encore là ? »

Lorsque la déception et le deuil viennent ébranler notre vie, il se peut que nous nous demandions si Jésus est encore là avec nous. La Bible nous répond alors à voix forte que c'est le cas: «Car j'ai l'assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir [...] ne [pourront] nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur » (Ro 8.38,39).

Dans un coin de ce qui était son garage, Ted Robertson a découvert les vestiges carbonisés d'une scène de la nativité. Là, il a trouvé la figurine intacte de l'enfant Jésus. Il a dit sur les ondes de KRDO NewsChannel 13 « [Nous] sommes passés de l'appréhension à l'espoir [...] que nous allions récupérer certains éléments de notre vie que nous croyions perdus. »

Jésus est-il encore là ? C'est le cas, et voilà justement ce qui rend Noël infiniment merveilleux ! —D.C.M.

Si vous connaissez Jésus, vous ne marcherez jamais seul.

*****

29 décembre • Lisez : Jean 11.21-35

Retard égalerait déni ?

Lorsqu'il [Jésus] eut appris que Lazare était malade, il resta deux jours encore dans le lieu où il était.
Jean 11.6

Les anniversaires de mes fils sont en décembre. Lorsqu'ils étaient petits, Angus a eu tôt fait de découvrir que, s'il ne recevait pas en cadeau d'anniversaire un jouet longtemps attendu au début du mois, il le trouverait peut-être dans son bas de Noël. Et si David ne recevait pas son cadeau à Noël, il se pouvait qu'il l'obtienne à son anniversaire quatre jours plus tard. Un retard ne signifie pas forcément un refus.

C'est normal que Marthe et Marie aient envoyé chercher Jésus lorsque Lazare est tombé gravement malade (Jn 11. 1-3) Elles ont peut-être guetté son arrivée avec angoisse, mais Jésus n'est pas venu. Il y avait quatre jours que son ami était mort quand Jésus a fini par entrer dans la ville (v. 17).

Marthe est allée droit au but: «Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort»
(21). Puis sa foi s'est transformée en certitude «Mais, maintenant même, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l'accordera» (v. 22). Je me demande à quoi elle s'attendait. Lazare était mort, et elle se montrait réticente à l'idée que l'on ouvre son tombeau. Pourtant, Jésus n'a eu qu'à prononcer une simple parole pour que l'esprit de Lazare retourne dans son corps en décomposition (v. 41-44). Jésus ne s'était pas donné la peine de guérir son ami malade pour mieux accomplir le miracle beaucoup plus grand de sa résurrection.

Le fait d'attendre le temps du Seigneur peut également nous procurer un plus grand miracle que celui auquel nous aspirions. —M.S.

Le temps passé à s'attendre à Dieu n'est jamais gaspillé.

*****

30 décembre • Lisez > Psaume 23

Il me dirige

[II] me dirige près des eaux paisibles.
Psaume 23.2

A Istanbul, en Turquie, en 2005, un mouton s'est jeté en bas d'une falaise et près de 1500 autres l'ont suivi ! Résultat: environ un tiers d'entre eux sont morts. Ne sachant pas quelle direction emprunter, les moutons suivent avec insouciance les autres membres du troupeau.

On ne saurait trouver meilleure image que le mouton pour illustrer notre besoin d'un leader digne de confiance. Comme Ésaïe l'a dit, nous sommes tous semblables à des moutons
( Es 53.6). Nous avons tendance à emprunter notre propre voie, mais nous avons désespérément besoin de la direction sûre d'un berger.

Le Psaume 23 décrit la fiabilité de notre bon Berger. Il veille à ce que nous ne manquions de rien (v. 1), il répond à nos besoins physiques (v. 2), il nous montre à vivre avec piété (v. 3), il nous restaure, nous console, nous guérit et nous bénit abondamment (v. 3-5), et il ne nous abandonnera jamais (v. 6).

Quel réconfort de savoir que Dieu nous conduit avec douceur, mais aussi avec fermeté ! Il le fait par l'exhortation du Saint-Esprit, la lecture de sa Parole et la prière. Dieu est le leader fiable qu'il nous faut.

Reconnaissant notre dépendance du Seigneur, nous pouvons déclarer avec le psalmiste «L'Éternel est mon berger je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, il me dirige près des eaux paisibles.» —D.C.E.

L' Agneau qui est mort pour nous sauver est le Berger qui vit pour nous guider.

*****

31 décembre • Lisez > Josué 3.9-17

Se tenir au bord

Le peuple sortit de ses tentes pour passer le Jourdain, et les sacrificateurs qui portaient l'arche de l'alliance marchèrent devant [lui].
Josué 3.14

Appréhensive, ma fillette se tenait debout au bord de la piscine. Comme elle ne savait pas nager, elle apprenait simplement à apprivoiser l'eau. Son instructeur l'attendait dans la piscine avec les bras grand ouverts. Tandis que ma fille hésitait, j'ai vu les questions qu'elle avait dans le regard «Allez-vous m'attraper ? Que se passera-t-il si ma tête va sous l'eau ?»

Il se peut que les Israélites se soient demandé ce qui allait leur arriver en traversant le Jourdain. Pouvaient-ils compter sur Dieu pour le leur faire traverser miraculeusement à gué ? Dieu guidait-il leur nouveau leader, Josué, comme il avait guidé Moïse ? Dieu aiderait-il son peuple à vaincre les Cananéens menaçants qui vivaient tout juste de l'autre côté du fleuve ?

Pour découvrir la réponse à ces questions, les Israélites ont dû se prêter à un test de foi, en ce sens qu'ils ont dû passer à l'action: «Le peuple sortit de ses tentes pour passer le Jourdain, et les sacrificateurs qui portaient l'arche de l'alliance marchèrent devant [lui]» (v. 14). L'exercice de leur foi leur a permis de voir que Dieu était avec eux. Il dirigeait encore Josué, et il les aiderait à s'établir en Canaan (v. 7,10,17).

Si vous vous retrouvez devant un test de foi, sachez que vous pouvez vous aussi aller de l'avant en comptant sur les attributs de Dieu et sur ses promesses infaillibles. Le fait de compter sur lui vous aidera à passer de là où vous vous trouvez actuellement à là où Dieu veut que vous soyez. —J.B.S.

La peur se dissipe lorsque nous faisons confiance à notre Père.

*****

 

Editeur: Ministères Notre Pain Quotidien

Site web: www.ministeresnpq.org


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
red care w*
  Signets bo
  Crédits Photos    
tampon bo 400