accueil printemps ligne w

 

Une cachette pour la nuit...

Genovieva 22e épisode

– Dis, Maman... il est où, Papa? Pourquoi est-ce qu'il dort toujours dans une autre maison? demande le petit Marius de cinq ans. Elena pousse un long soupir... Que répondre à l'enfant pour être vraie, sans risquer d'avoir trop parlé? Moins le petit en saura, et mieux cela vaudra.

– Ecoute bien, mon chéri! explique Elena en caressant les cheveux de son enfant, tu sais que ton papa fait connaître la Bible. Il est pasteur. Les chefs de notre pays sont contre Dieu. Le travail de papa ne leur plaît pas du tout. La police aimerait bien le surprendre pour le mettre en prison. S'il était ici le soir ou la nuit, ce serait facile de le trouver. Alors... il doit se cacher ailleurs.
– Il se cache où, Maman? Elena voudrait bien satisfaire la curiosité de son enfant. Mais ce serait dangereux. Le petit Marius pourrait répéter ce qu'on lui a dit. Et cela risquerait d'attirer d'autres ennuis à son père.

– Où? Je ne peux pas te le dire maintenant, mon chéri. Mais c'est promis, tu le sauras plus tard, d'accord?
– D'accord! Et, docilement, le petit garçon se glisse dans son lit.

Amie de la famille, Genovieva est au courant de tout. Bien souvent, le soir, avant de s'allonger sur son banc pour dormir, elle prie pour son pasteur. De temps en temps, il fait une rapide apparition à l'église. Il vient justement d'arriver.
– Regarde, Genovieva! dit-il en tirant une lettre de sa poche...
– Il fallait s'y attendre! s'exclame Genovieva après avoir lu le message. Chaque jour, dans tout le pays, on fait répéter aux écoliers que Dieu n'existe pas! Et nos enfants du choeur chantent à la gloire de Dieu. Cela dérange trop!
– Les autorités ont essayé de faire courir de faux bruits au sujet des croyants: "Méfiez-vous de ces "credinciosi", a-t-on raconté, ces gangsters kidnappent des enfants et commettent des meurtres. Ce sont des gens dangereux!" Peine perdue: les gens continuent de venir en foule écouter les beaux chants. Alors il faut d'autres moyens plus efficaces. Des menaces, par exemple, et de préférence par écrit! Cette même lettre, tous les pasteurs du pays viennent de la recevoir. Que dit-elle? Il est désormais interdit d'inviter le choeur de Sion pour chanter en public. Interdiction aussi de composer des chants, sous peine de prison...

– Mais nous devons persévérer, s'empresse d'ajouter le pasteur, même si plusieurs d'entre nous ont déjà été interrogés par la police au sujet de ce choeur.
– Et même si le permis de conduire a été retiré à des amis qui ont facilité le déplacement du choeur avec leur voiture...
– Vois-tu, Genovieva, la police ne peut pas facilement s'attaquer aux enfants. Alors elle s'en prend maintenant à ceux qui les invitent dans leur église!
– Soyez sur vos gardes! recommande Genovieva.
– Oh, oui! Pendant un certain temps, il faut que je me cache! Tu sais où je passe la nuit?
– Oui. Elena m'a confié le secret. Que Dieu vous garde! Je le lui demande souvent. Et qu'il me protège du froid.
Où est-elle donc, la cachette du courageux pasteur? Bientôt il fera nuit. Suivons-le. Nous verrons bien chez qui il s'arrête. Chez qui? Ah, non! Loger chez d'autres chrétiens, ce serait encore trop dangereux!
Tiens! il sort de la ville, et va vers la colline. Pourtant il n'y a pas de maisons, là-haut, à part le vieux monastère.

Est-ce là qu'il irait? Non! Mais la colline, n'est-elle pas presque complètement boisée? Regardez... l'homme s'écarte du chemin. Il avance. Il se fraie un passage à travers branches et buissons.
On ne le voit plus! Est-il tombé? Non! Il vient de s'accroupir et de se glisser sous un tas de feuilles mortes. Quoi? C'est là qu'il passe la nuit? Oui, depuis un mois déjà, en luttant contre le froid.
– N'y a-t-il pas des loups? a demandé Genovieva, inquiète pour son pasteur.
– Des loups? C'est peut-être un peu trop près de la ville. Mais ils ne m'effraient pas. Ils sont moins dangereux que la Securitate! Tu sais, Genovieva, une fois j'ai dû me cacher trois mois dans les montagnes. Je mangeais des petits fruits. Là, j'ai vu des loups. Mais ils ne m'ont rien fait. Quand ils approchaient, je leur parlais. Une fois je leur ai dit: "C'est maintenant que vous me faites une visite? A cette heure tardive? Mais moi, je veux dormir. Bonne nuit, les amis!"
Et tu sais ce qui m'est arrivé, une nuit? raconte encore le serviteur de Dieu. Il faisait très froid, et j'étais épuisé. Alors j'ai prié: "Seigneur, envoie-moi une couverture, ou je meurs, gelé!" Puis j'ai pu m'endormir. Mais cette nuit-là, je n'ai pas eu froid. Tu veux savoir pourquoi? Ecoute! Quand je me suis réveillé le lendemain matin, il faisait encore sombre. J'ai bougé pour m'étirer un peu. Alors qu'ai-je vu? Un animal!

Il s'est levé. Il a filé. Etait- ce un chien errant, était-ce un loup? Je n'en sais rien. Mais il avait passé la nuit couché sur moi. Dieu est merveilleux. Il n'aurait pas pu m'envoyer une couverture plus chaude!

Un peu plas tard – juste avant Noël 1975 – le papa de Marius et de Cristina a soudain terminé son voyage ici-bas. On l'a retrouvé sans vie dans sa voiture. La police a parlé d'un accident. Mais pas une trace sur la route. Et pas la moindre égratignure sur la carrosserie! Ce serviteur de Dieu a été assassiné! Par qui? Vous pouvez le deviner.
Courageusement, Elena a persévéré. Marius et Cristina ont grandi. Tous les deux ont aussi chanté dans le choeur de Genovieva. Très jeune encore, Marius jouait déjà très bien de la guitare. Il accompagnait les chanteurs.

Après le lycée, Cristina a étudié la guitare au Conservatoire. Son frère Marius est entré à l'Université. Il a désiré devenir spécialiste en hébreu et en grec. Son but? Pouvoir travailler à la préparation d'une nouvelle traduction de la Bible.

Texte: Samuel Grandjean


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
red care w*
  Signets bo
  Crédits Photos    
tampon bo 400