20 ans bible ouverte

 

Une décision très difficile

Genovieva 5e épisode

– Tu verras, Genovieva, a dit la mère de famille, si tu persévères malgré tout, tu réussiras tes examens d'entrée aux études secondaires.
Elle ne s'est pas trompée. Intelligente et travailleuse, Genovieva a réussi.

Dans le pays, la situation ne s'améliore pas. Les temps sont difficiles, surtout pour les chrétiens. Mais les mois passent quand même, et les années aussi.
Un beau jour de juin...
– Bien, Mademoiselle, dit une secrétaire de l'université. J'ai votre nom de famille... ah, quel est votre prénom?
– Genovieva, répond une charmante jeune fille au visage allongé. Une photo est encore agrafée à la feuille d'inscription...
– Parfait! dit la secrétaire. Votre dossier est complet. Nous vous attendons au début de septembre, à la reprise des cours. Voici donc une nouvelle étudiante à l'université. Très vite, Genovieva se passionne pour l'étude. La littérature étrangère, l'histoire d'une langue et de ceux qui la parlent, les traductions, tout l'intéresse. Parfois pourtant, Genovieva semble absente, profondément absorbée dans ses pensées.
– C'est vrai, se dit-elle, mes parents sont croyants. Cela m'a valu bien des moqueries, à l'école. Certains croyants sont en prison, à cause de leur foi. Mais moi... où est-ce que j'en suis? "Chrétienne", est-ce seulement un nom que je porte? Dans la Bible, j'ai lu: "Par la foi, nous avons la paix avec Dieu." Ai-je cette paix dans mon cœur, moi? Je n'en sais rien. Il me semble parfois que j'ai même peur d'être vraiment chrétienne.

Quand elle le peut, la jeune étudiante se rend à l'église avec ses parents. Comme tant d'autres, elle a du respect pour la Bible. Mais a-t-elle demandé un jour à Jésus-Christ le pardon de ses péchés?
Non. Jamais encore. En somme, on l'a toujours traitée de chrétienne, sans qu'elle le soit vraiment.

Genovieva est maintenant une brillante étudiante. Ses capacités, surtout en anglais, peuvent lui permettre de devenir traductrice, interprète, enseignante peut-être. Mais... il y a quelques semaines, tous les professeurs qui ont refusé d'enseigner l'athéisme ont été congédiés. Il est de plus en plus difficile d'être chrétien. A tout moment, on risque de tomber dans un piège et d'avoir de sérieux ennuis...

– Ecoute, lui suggère un jour Vanda, une camarade de cours. Nous pourrions devenir amies. J'aimerais tant que tu m'aides un peu. Tu es si forte en anglais, toi!
– Volontiers! répond Genovieva.
Et les deux étudiantes commencent à se rencontrer régulièrement en dehors de leurs cours. Mais bientôt, Genovieva éprouve une certaine gêne en compagnie de Vanda. Pourquoi son "amie" veut-elle toujours parler de certains sujets délicats? Pourquoi tient-elle tant à savoir si Genovieva fréquente des réunions chrétiennes, si elle y a une activité, et qui en est la personne responsable? Genovieva se montre très prudente. Elle a bien raison. Que découvre-t-elle, un beau matin? Vanda est la fille du chef de la police secrète, l'homme qui s'acharne le plus contre les croyants!

Heureusement que la jeune étudiante ne s'est pas laissée prendre au piège! Mais un jour, Genovieva se voit soudain placée dans une situation très embarrassante. Nous allons voir pourquoi...

On frappe à la porte. Deux messieurs se présentent à l'entrée de la maison familiale. Genovieva reconnaît immédiatement son pasteur. L'autre visiteur lui est inconnu.
– Oh! Monsieur Marcu! Entrez donc! Nous sommes heureux de vous voir! dit la mère de famille.
– Moi aussi, croyez-moi. Et je suis ravi de trouver Genovieva ici, car je viens lui demander un service.
– Ah, bon! s'exclame la jeune étudiante, toute surprise.
– Je vous présente un missionnaire danois, de passage en Roumanie, précise le pasteur. Il ne parle malheureusement pas notre langue. Mais il s'exprime très bien en anglais. Tu vois sûrement où je veux en venir, Genovieva!
– Pas du tout, Monsieur Marcu!
– Alors je vais t'expliquer. Une visite de l'étranger, c'est rare. Il faut en profiter en organisant une réunion des croyants. Ce serviteur de Dieu pourra tous nous encourager. Chacun en retirera le plus grand bien, j'en suis sûr. Hélas, je ne parle pas l'anglais. Mais toi, Genovieva, tu as des dons pour cette langue. Alors, serais-tu d'accord de traduire notre ami? Genovieva en est abasourdie...
– Mais, Monsieur Marcu, vous savez bien... non, ce n'est vraiment pas possible. Mettez-vous à ma place!

– Dans mes études, explique Genovieva, déjà je suis épiée par Vanda. Si l'on apprend que j'ai fait cette traduction, je risque le renvoi de l'université. Tout mon avenir peut être en jeu!
– Je te comprends, Genovieva, mais cela nous rendrait un tel service. Nous n'avons personne d'autre, pour traduire... Et tu sais, l'avenir éternel de plusieurs peut aussi dépendre de cette soirée. Réfléchis, Genovieva! S'il te plaît, fais cela pour Dieu, et pour moi. Donne-moi ta réponse d'ici à demain, veux-tu? Je passerai pour connaître ta décision.

Quel problème pour la pauvre étudiante! Que faire? Après tout, si elle traduit ce missionnaire, les autres ne le sauront pas forcément... Mais s'ils l'apprennent, cela peut être catastrophique pour Genovieva. Qu'il est difficile de prendre seul une importante décision! Les heures s'écoulent. Bientôt M. Marcu cherchera la réponse. Genovieva ne voudrait pas lui faire de peine. Ah! si elle pouvait connaître l'avenir pour décider en tenant compte de ce qui arrivera plus tard...
Elle a choisi. Et, sans qu'elle s'en doute, tout son avenir va dépendre de ce choix!

Texte: Samuel Grandjean


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
red care w*
  Signets bo
  Crédits Photos    
tampon bo 400