faq questions réponses nous sommes à votre écoute w

 

Le baptême

Nous recevons régulièrement des questions au sujet du baptême, exemples:
Je n'étais pas mariée lors de la naissance de mon enfant, le baptême lui a été refusé. Maintenant que je suis mariée puis-je le faire baptiser ?
Est-il nécessaire d'être baptisé pour être sauvé ?
Qui peut être baptisé ? Comment ?

Sans faire une trop longue une étude sur le baptême, nous vous présentons les données bibliques de base, avec quelques éléments historiques.

***

Je sais l'importance que l'on accorde au baptême des enfants dans l'Eglise catholique et dans d'autres. En faisant du baptême un point nécessaire au salut, on peut faire pression sur les familles pour que tous les enfants soient baptisés et qu'ainsi l'Eglise puisse mettre la main dessus. Mais…

Mais voyez-vous, je ne trouve rien de tout cela dans la Bible, la Parole de Dieu. Nulle part, dans la Loi ou dans l'enseignement de Jésus on ne trouve trace d'un baptême d'enfant.
Et nulle part il n'est dit qu'il faut être baptisé pour aller au Ciel.

Il faut, je crois, reprendre les points suivants: quels sont, selon Dieu - et non selon les hommes - les conditions:

  • pour pouvoir s'appeler "chrétien"
  • pour aller au Ciel
  • pour être baptisé.

La Bible - la Parole de Dieu - est la seule source infaillible pour connaître la volonté de Dieu, car c'est le seul message qui a été dicté directement par Dieu à des hommes. Contrairement à la Tradition, elle n'a pas été altérée par les idées préconçues des hommes, ou par le désir de ceux-ci de faire passer leurs idées personnelles comme si elles venaient de Dieu. La Bible est donc au-dessus de toute autorité, de toute Eglise, de tout dogme.

1. Qu'est-ce qu'un chrétien ?

Historiquement, le mot "chrétien" a été utilisé pour la première fois à Antioche, après que Paul et Barnabas eurent évangélisé pendant plus d'une année. Ce qu'ils annonçaient, c'est que:
Jean 3:16 Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.
Ephésiens 2:8-9 Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.

L'appartenance à une Eglise, le baptême ou autres rites ne fait de personne un chrétien. On ne devient chrétien que par une décision personnelle, basée sur le salut par la foi - sans aucune œuvre humaine - lorsque, après avoir reconnu notre totale indignité face à la sainteté de Dieu, nous acceptons que le sang de Jésus nous lave de tout péché. Seuls ceux qui ont fait cette démarche ont le droit de s'appeler chrétiens.

C'est un abus - hélas parfaitement toléré dans la société actuelle - que d'appeler "chrétien" quelqu'un qui est simplement inscrit sur les registres d'une église, ou encore simplement citoyen d'un pays appelé "chrétien". Mais cela ne fait pas de ces personnes des "chrétiens" aux yeux de Dieu !

2. Qui ira au Ciel ?

Les personnes qui ont accepté le salut, comme indiqué ci-dessus, sont absolument sûres d'aller au Ciel. Pas de "peut-être", pas de "si". Dieu l'a dit: "Celui qui a le Fils a la vie" (1 Jean 5:12). Dans les condition indiquées, douter d'aller au Ciel, c'est penser que Dieu peut être un menteur !

2a. Qui n'ira pas au Ciel ?

Pour ne pas allonger, complétons simplement les 2 citations données plus haut: Jean 3:16-18 Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui n'est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.

1 Jean 5:12 Celui qui a le Fils a la vie; celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie.
Donc, celui qui croit au sacrifice expiatoire de Jésus ira au Ciel, celui qui n'y croit pas ira en Enfer:
Jean 3:36 Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.

3. Qui peut être baptisé ?

(Bref résumé de la question, ne reprenant que les points essentiels).
Déjà avant le ministère de Jésus, le baptême était un signe public de repentance et d'intention de changer de vie. Jean-Baptiste donnait le baptême à ceux qui reconnaissaient publiquement leurs fautes (et cela demandait du courage !) et voulaient l'aide de Dieu pour mener une vie nouvelle.

Après la mort de Jésus - lui-même n'avait baptisé personne - le baptême fut un signe distinctif pour ceux qui voulaient:

  • reconnaître publiquement qu'ils étaient pécheurs.
  • qu'ils plaçaient leur foi dans le salut gratuit, obtenu par le sang que Jésus-Christ avait versé pour eux sur la croix.
  • qu'ils voulaient vivre en serviteurs de Jésus-Christ.
  • qu'ils attendaient la résurrection pour la vie éternelle.

La plongée sous l'eau symbolise la mort de l'homme pécheur et sa sortie l'entrée dans une vie nouvelle, éternelle.

Résumé

Ni or, ni argent, ni bonnes œuvres, ni baptême n'assurent une place au Ciel. Seule la foi en l'œuvre rédemptrice de Jésus-Christ, prophétisée dans tout l'Ancien Testament, racontée dans les évangiles et expliquée dans les épîtres est le passeport pour la vie éternelle. Ceux qui ont cette foi peuvent être baptisés - le baptême d'enfants n'ayant pas l'âge de discernement n'a pas de sens.

En complément, vous trouverez quelques textes et études sur ce sujet.

Annexes 

A)
Dès le début de l'Eglise chrétienne, le baptême a toujours suivi la conversion, et ne l'a jamais précédé. Voici quelques exemples tirés des Actes:

Actes 2:38 Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, à cause du pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit.
Actes 2:41 Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés; et, en ce jour-là, le nombre des disciples augmenta d'environ trois mille âmes.
Actes 8:12 Mais, quand ils eurent cru à Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus-Christ, hommes et femmes se firent baptiser.
Actes 8:13 Simon lui-même crut, et, après avoir été baptisé, il ne quittait plus Philippe, et il voyait avec étonnement les miracles et les grands prodiges qui s'opéraient.
Actes 19:4-5 Alors Paul dit: Jean a baptisé du baptême de repentance, disant au peuple de croire en celui qui venait après lui, c'est-à-dire, en Jésus. Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus.

B)
En résumé, la doctrine du salut par grâce veut que l'on se reconnaisse imparfait, pécheur. Puis il faut croire que Jésus est le seul intermédiaire entre Dieu et les hommes:
Jean 14:6 Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.
Il faut accepter par la foi ce salut par grâce, selon Jean 3:16, Jean 5:24 et autres versets semblables.
Ce n'est qu'ensuite, comme témoignage public de ce changement, qu'on peut être baptisé.

C)
La doctrine catholique du baptême des nouveaux-nés n'a aucun fondement biblique. Pour une étude à ce sujet voir: http://cms.unpoissondansle.net/?p=860

Certaines églises protestantes baptisent aussi les tout-petits. Dans ce cas, le but est de "mettre la main" sur des enfants, pour les intégrer dans la congrégation. Ceci n'est pas biblique, c'est confondre un édifice humain, l'église en pierres, avec l'Eglise, épouse de Christ, formée de pierres vivantes, que sont les croyants. (1 Pierre 2:5)

D)
Autre étude sur le baptême des nouveaux-nés.
Baptême  des nouveau-nés - examen historique 
Dans la 2ème moitié du 2ème siècle, on pratique les premiers baptêmes d'enfants. C'est en 197 qu'on fait la première allusion à un baptême d'enfant. Au IVe siècle se développe le baptême des enfants. Au Ve siècle le baptême des enfants devient normal. En 1563, le concile de Trente considère le baptême des nouveaux-nés comme le moment où ils accèdent au salut, où l'âme est soit-disant à cet instant délivrée du péché originel. Au cours des siècles, le baptême a été totalement dénaturé de son sens. La simple ordonnance de Jésus est devenue un sacrement compliqué qui a perdu tout fondement biblique. Le baptême devait par définition être une immersion totale du corps du baptisé, mais il est devenu une simple aspersion d'eau sur la tête. On y ajouta au cours des siècles l'exorcisme, le sel mis sur la langue, l'onction d'huile et les signes de croix multipliés.

Examen biblique 
Le baptême selon l'Eglise romaine comprend deux modifications importantes par rapport à ce qui avait été ordonné à l'origine par Jésus-Christ: Premièrement, le baptême selon la Bible s'adresse à des personnes qui sont en âge de croire, excluant ainsi le baptême des nouveaux-nés. Jésus avait dit: "Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé." (Marc 16.16). Il faut donc avoir mis sa foi dans le Seigneur Jésus avant d'être baptisé. De plus, selon l'Evangile, les petits enfants sont encore dans l'innocence et ne sont pas considérés par Dieu comme des pécheurs. Jésus les cite en exemple: "Si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux." (Matthieu 18.3).

Que doit-on faire pour les enfants peu après la naissance ? Les présenter à Dieu à l'exemple de Marie et Joseph avec Jésus. (Luc 2.22) Le baptême des enfants est inutile puisque des anges leur sont réservés dès la naissance (Matthieu 18.10). De plus Jésus ajoute: "De même, ce n'est pas la volonté de votre Père qui est dans les cieux qu'il se perde un seul de ces petits." (Matthieu 18.14).

La deuxième erreur est de considérer le baptême comme une simple aspersion d'eau. Jean-Baptiste baptisait dans le Jourdain (Matthieu 3.6). Le texte biblique nous dit que Jésus "sortit de l'eau" (Matthieu 3.16) dès qu'il eut été baptisé. Un autre exemple nous est donné en Actes 8.36-38 décrivant le baptême de l'Ethiopien par Philippe: le verset 36 montre qu'ils ont attendu de trouver un point d'eau et les versets 38 et 39 mentionnent qu'ils sont descendus et sortis de l'eau tous les deux.

D'autres passages insistent sur le baptême en tant qu'ensevelissement dans la mort de Jésus, ce qu'un baptême par aspersion ne peut pas représenter. Romains 6.4 et Colossiens 2.12 nous disent que nous avons été "ensevelis" avec Jésus par le baptême.

sl&pl


blue care wAccueil
  Liens
  Plan du site        
  Contact
red care w*
  Signets bo
  Crédits Photos    
tampon bo 400